François Bayrou : entre le marteau et l’enclume

Publié le par blog-pl-seguillon

 

 

 

 

 

 

François Bayrou , en dépit de son beau score du premier tour de la présidentielle, se trouve aujourd’hui entre le marteau et l’enclume.

 

 Le marteau c’est le nouveau président. A quelques exceptions près, tous les élus de l’UDF ont en effet choisi de soutenir Nicolas Sarkozy au deuxième tour de l’élection présidentielle. Ils l’ont fait pour trois raisons. Parce que leur électorat naturel est de droite. C'est grâce à lui qu'ils ont été élu en 2002. Parce que promesse leur a été faite de ne pas leur opposer de candidats UMP. Parce qu'enfin   Nicolas Sarkozy s’est engagé à agréger un centre fort et autonome dans la majorité présidentielle. Il faut se souvenir que Nicolas Sarkozy n’était pas à l’origine partisan d’une absorption des centristes dans un parti unique l’UMP et de leur dilution dans cette formation.

 

 L’enclume ce sont les socialistes. Dans la tourmente de la défaite, le parti socialiste serre les rangs et ne semble pas près de l’explosion. Envisagés entre les deux tours de l’élection présidentielles, des désistements  entre le centre et le PS à l’occasion des élections législatives ne semblent plus à l’ordre du jour désormais.

 

 François Bayrou va donc présenter aux prochaines législatives des candidats du Mouvement des démocrates  dans toutes les circonscriptions hormis celles des députés sortants UDF. Cela lui permettra d’obtenir un pécule pour faire vivre son mouvement. Mais, avec les 12 à 15% d'intentions de vote en faveur du nouveau M.D  et un système électoral uninominal à deux tours il aura peu ou pas d’élus.

 

 On touche là les limites et l’ambiguïté du son pari de François Bayrou. Un parti "centriste", c’est parti charnière qui choisit de s’allier avec la droite ou avec la gauche. Un parti "central", c’est un parti autour duquel s’opère la recomposition du paysage politique. C’est celui que veut construire François Bayrou pour en faire le tremplin d’une nouvelle candidature à la présidentielle de 2012 et se poser jusque là en chef de l’opposition. Il paraît aujourd’hui bien seul pour se faire!

 

 

 

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

patrickinstit 14/05/2007 17:37



Modem : impasse politique de François Bayrou





Pendant chaque coupe du monde de football, tout Français paraît-il se trouve des talents de sélectionneur.

 Aussi en cette période de campagne électorale je me risquerais à jouer à l’apprenti politologue

François Bayrou s’avère être un joueur de poker. Sa stratégie a visé au cours de cette campagne une place au second tour . Dans ce succès résidait tout son avenir et une nouvelle donne pouvaient s’ouvrir….Etat de grâce : éclatement et étiolement d’un PS désoeuvré , reprise du leadership sur un parti UMP décontenancé par un échec inattendu . A moi une chambre orange au parlement avec ma nouvelle majorité présidentielle !( Modem en filigrane)!

Tout son entourage l’avait  espéré . Malheureusement pour François Bayrou , il ne fut que 3ème homme ! Aussi le principe de réalité s’est de nouveau vite imposé et ses lieutenants en ont pris conscience (Bourlanges, Morin, Leroy…etc ) et s’imposera aussi parmi une grande majorité de ses électeurs qui se sont faits un peu abusés et trop bercés par cette illusion de changer la donne électorale en 2 coups de cuillères à pôt électorales. Et François Bayrou reste prisonnier de ses écarts, plus langagiers que politiques ou ” idéologiques” vis à vis de l’UMP, de Nicolas  Sarkosy , de la gauche. Il ne lui restait qu’ à pousuivre, seul ou quasiment , ce à quoi il rêvait : créer un nouveau parti . Mais un nouveau parti sans amarres. Pour quelle perspective ?

Etre le recours, Construire du nouveau sur l’échec supposé de l’un ( N.Sarkosy) et l’éclatement espéré d’un PS ; cela me semble aléatoire et politiquement peu porteur à longtemps terme. La logique des institutions ne lui laissera guère de place médiatique au cours de ces prochaines années et pour la perspective de 2012.

A moins que François Bayrou ,en bon paysan (au sens noble du terme ) riche de son pactole électoral ,amorce sa mutation et  commence à semer ses idées à travers la France. La première récolte pourrait se faire dès 2008 aux municipales. Car là, les alliances politiques locales , nouvelles entre un PS remodelé, ayant fait sa psychanalyse après une déroute aux législatives ! et un parti démocrate (Modem) tout neuf mais encore bien faible pourraient peut être laisser entrevoir une donne politique nouvelle face au parti de l’UMP .

Dans le paysage français et dans les têtes. Mais il restera cependant  la guerre des personnes …

Au congrès d’Epinay,  Mitterand avait reconstruit un nouveau PS et projeté la future alliance dont le programme commun était l’illustration et dont il s’était naturellement imposé comme leadership. Imaginez une situation comparable entre un nouveau PS ou parti social démocrate, souffreteux après des déchirements internes et un jeune parti démocrate sans assises au parlement me parait hasardeux.Que de prétendants ! (DSK, Peillon, Royal, Montebourg,Cambadelis..etc)

 Bref, je crois que François Bayrou fut une étoile filante dans le ciel béarnais .

Tel est mon propos . Et selon la formule consacrée , il n’engage que moi !

Patrickinstit

patrickinstit 14/05/2007 12:36



Modem : l'impasse politique de François Bayrou





Pendant chaque coupe du monde de football, tout Français paraît-il se trouve des talents de sélectionneur.

 Aussi en cette période de campagne électorale je me risquerais à jouer à l’apprenti politologue

François Bayrou s’avère être un joueur de poker. Sa stratégie a visé au cours de cette campagne une place au second tour . Dans ce succès résidait tout son avenir et une nouvelle donne pouvaient s’ouvrir….Etat de grâce : éclatement et étiolement d’un PS désoeuvré , reprise du leadership sur un parti UMP décontenancé par un échec inattendu . A moi une chambre orange au parlement avec ma nouvelle majorité présidentielle !( Modem en filigrane)!

Tout son entourage l’avait  espéré . Malheureusement pour François Bayrou , il ne fut que 3ème homme ! Aussi le principe de réalité s’est de nouveau vite imposé et ses lieutenants en ont pris conscience (Bourlanges, Morin, Leroy…etc ) et s’imposera aussi parmi une grande majorité de ses électeurs qui se sont faits un peu abusés et trop bercés par cette illusion de changer la donne électorale en 2 coups de cuillères à pôt électorales. Et François Bayrou reste prisonnier de ses écarts, plus langagiers que politiques ou ” idéologiques” vis à vis de l’UMP, de Nicolas  Sarkosy , de la gauche. Il ne lui restait qu’ à pousuivre, seul ou quasiment , ce à quoi il rêvait : créer un nouveau parti . Mais un nouveau parti sans amarres. Pour quelle perspective ?

Etre le recours, Construire du nouveau sur l’échec supposé de l’un ( N.Sarkosy) et l’éclatement espéré d’un PS ; cela me semble aléatoire et politiquement peu porteur à longtemps terme. La logique des institutions ne lui laissera guère de place médiatique au cours de ces prochaines années et pour la perspective de 2012.

A moins que François Bayrou ,en bon paysan (au sens noble du terme ) riche de son pactole électoral ,amorce sa mutation et  commence à semer ses idées à travers la France. La première récolte pourrait se faire dès 2008 aux municipales. Car là, les alliances politiques locales , nouvelles entre un PS remodelé, ayant fait sa psychanalyse après une déroute aux législatives ! et un parti démocrate (Modem) tout neuf mais encore bien faible pourraient peut être laisser entrevoir une donne politique nouvelle face au parti de l’UMP .

Dans le paysage français et dans les têtes. Mais il restera cependant  la guerre des personnes …

Au congrès d’Epinay,  Mitterand avait reconstruit un nouveau PS et projeté la future alliance dont le programme commun était l’illustration et dont il s’était naturellement imposé comme leadership. Imaginez une situation comparable entre un nouveau PS ou parti social démocrate, souffreteux après des déchirements internes et un jeune parti démocrate sans assises au parlement me parait hasardeux.Que de prétendants ! (DSK, Peillon, Royal, Montebourg,Cambadelis..etc)

 Bref, je crois que François Bayrou fut une étoile filante dans le ciel béarnais .

Tel est mon propos . Et selon la formule consacrée , il n’engage que moi !

Patrickinstit

marie-christine gran 14/05/2007 11:02

Cher Monsieur Séguillon,J'ai regardé "Ripostes" hier soir, animé par votre collègue Serge Moati, avec pour invité Monsieur BAYROU.A part le fait qu'il paraît plutôt mesuré et plaisant à l'oreille, calme et mesuré dans ses propos, je sens poindre chez lui un côté justicier par lequel il se pose comme l'arbitre du futur gouvernement: on le voit affirmer que son nouveau parti, représenté à l'Assemblée Nationale, donnera son aval aux bons points et châtiera le gouvernement pour ses fautes. Je me demande si son portefeuille à l'Education Nationale ne lui a pas laissé une habitude de jouer au maître d'école...Voilà Bayrou transformé en arbitre absolu, avec un nouveau parti à peine sorti de l'oeuf, alors qu'il a flirté avec le PS, ou plutôt avec Mme. Royal lors de ce fameux débat si chaleureux entre les deux tours.  Il me semble pourtant que cette intervention radiophonique, rapidement visionnée par tous, soit dit en passant, a donné l'impression qu'il cherchait une alliance avec une hyène dont l'appétit n'est plus à démontrer, et que son amour pour la France, sincère certes, lui donne des ailes pour jouer les justiciers maintenant qu'il est obligé de jouer le courage de ses opinions.Sa position est difficile, et il le sait bien:  s'accrocher à cette  attitude portera peut-être ses fruits, d'autant plus qu'il a tout à gagner en attendant la débâcle de la gauche...pour lui tendre un jour la main, si ça se trouve. Si le PS se restructure, il pourra toujours tendre une main neutre, gantée de bonnes intentions, à l'UMP, en distribuant quelques  bons points de plus que prévu. Evidemment,'il obtient suffisamment de sièges: pour cela, il n'a d'autre choix que de jouer sur sa bienveillance affichée.A bientôt, Monsieur Séguillon, et merci pour votre blog...Bravo à toute l'équipe!MCG

Mirino 14/05/2007 09:22



Mr Bayou a quasi 30,000 adherents.  Mr Sarkozy a quasi 20,000,000 électeurs.

jobin 13/05/2007 22:45

Comme c'est curieux , Bayrou a clamé : A droite ça n'a pas marché . A gauche ça n'a pas marché . Mais moi avec la droite et la gauche ça marchera . Conclusion , il a entrainé avec lui des utopistes vers une utopie ,c'est cohérent ! On le verra aux législatives , bon courage ...