P.S. UNE COURSE DE VITESSE

Publié le par blog-pl-seguillon

     Officiellement, les socialistes ne poursuivent aujourd’hui qu’un seul objectif : sauver le plus grand nombre possible de circonscriptions lors des prochaines élections législatives. La consigne est donc : «  Silence dans les rangs, on vote ! ». C’est après cette échéance seulement que pourra s’ouvrir le débat sur le devenir du parti et de la gauche.

    En réalité, la bataille pour le leadership du PS et de la gauche ainsi que pour la candidature aux présidentielles de 2012 est déjà lancée. Et elle prend des allures de courses de vitesse.

    On l’a vu encore ce week end.

    Contournant le PS,  comme à son habitude, Ségolène Royal a souhaité devant les journalistes que soit rapidement désigné dans les mois qui viennent le candidat aux prochaines présidentielles. Dominique Strauss-Kahn a de nouveau appelé une refondation pour laquelle il se dit disponible. Et François Hollande a annoncé dimanche soir la tenue d’assises pour  refonder un grand parti de gauche aux lendemain de législatives, formation  à la tête de laquelle il se verrait évidemment maintenu.

    Quels sont les atouts des uns et des autres ?

    Ségolène Royal possède trois atouts : les 17 millions de voix obtenues au second tour qui lui permettent de parler d’une défaite prometteuse, sa détermination sans faille et sa stature d’icône auprès de la majorité des militants. Elle a contre elle l’ensemble de ceux que l’on appelle au parti socialiste les éléphants.

    Dominique Strauss-Kahn possède un crédit de réformateur qu’a confirmé la fin d’une  campagne présidentielle qui le donnait comme probable Premier ministre si la gauche l’emportait. Il a toutefois contre lui le fait qu’à l’inverse de l’opinion, les militants socialistes considèrent que la présidente de la région Poitou-Charentes est mieux à même que lui de refonder le PS. Faute de pouvoir attaquer frontalement Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn tire à vue sur le Premier secrétaire comme il l’a fait ce matin sur les antennes. Il pourrait, afin de renverser ce dernier, passer une alliance de revers avec Laurent Fabius qui, lui, milite pour une gauche authentique et décomplexée.

   François Hollande use de son habileté manœuvrière pour demeurer incontournable au centre du jeu et maintenir l’ambiguïté sur ses intentions. Nul ne sait trop s’il veut conserver les rênes du PS, voire d’une grand parti de gauche rénové, pour porter son ambition personnelle ou pour servir celle de sa compagne. Sur ce chemin, il rencontrera l’hostilité des caciques du P.S. mais risque aussi de se heurter aux propres ambitions de la présidente de la région Poitou-Charentes. Ayant décidé de ne pas siéger à l’Assemblée et d’abandonner sa circonscription afin de demeurer cohérente avec son idée du mandat unique, Ségolène Royal pourrait être tentée en effet de prendre le parti afin d’asseoir son autorité de chef de l’opposition.

    Voilà donc une guerre dont nous ne voyons encore que les prémices et qui ne manquera pas  d’affaiblir gravement la gauche dans un premier temps. Voilà aussi qui semble confirmer que contrairement à ce qui se dit et qui serait conforme à la raison, ce n’est probablement pas le débat sur la doctrine qui fera le leader mais, à l’inverse, le vainqueur de la bataille pour le leadership  qui fera la doctrine !

Publié dans blogpls

Commenter cet article

steve LOEMBA 22/05/2007 13:53

Je pense très sincerement que nous allons vers la fin du Parti Socialiste. La guerre des chefs désespère les militants et ils veulent des hommes et des femmes qui servent et non qui se servent.Aucune leçon n'a été retenu, au lieu de changer leur façon de faire dela politique, ils veulent changer ceux qui font cette politique, alors que le probleme est sur la Pensée socialiste, la vision socialiste et non telle ou telle leader.http://steveloemba.unblog.fr/

marie 22/05/2007 12:46

Autre site génial que je recommande à toutes et tous :

 



http://leschauffeursdelimousinepensentaussi.blogspot.com/

 



Marie

 

bernard 22/05/2007 00:25





 





Savez vous si c'est de l'intox ou de l'info.

 



 

 



Ce type viendrait au zenith avec un camping car Orange avec des capteurs solaires sur le toit.

 



 

 



La comparaison est plus que troublante.

 



 

 



Bayrou est agrégé de lettre à l'université de Pau

 



ce Type est diplome d'un DEA à l'université de franche comté

 



 

 



Bayrou est gérant d'une exploitation agricole

 



Lui est gérant d'une société de transport

 



 

 



Bayrou est encore adhérent à la  FNSEA

 



Lui est adhérent à L'unostra.

 



 

 



On voit bayrou descendre les pyrénnés sur son tracteur.

 



Lui se voit descendre le Jura sur véhicule utilitaire.

 



 

 



Le bus de colza vaut bien un camping car solaire.

 



 

 



Et c'est pas ça le plus incroyable, le pire est que sur cette circonscription il ya 17 candidats, 2 UMP officiels, un divers Droite bien ancré localement et deux PS.

 



Le bruit court qu'il pourrait éliminer les deux PS et les trois UMP au premier tour vu le nombre elevé de candidats et l’audace du candidat Modem.

 



 

ESCANDE Norbert 21/05/2007 18:25

Monsieur HOLLANDE serait il aussi affirmatif sur l'hégémonie à droite si le résultat des élections était le contraire de ce qu'il est. Proposerait il à l'UMP de remporter les legislatives au motif de garder un équilibre.La gauche a perdu il faut qu'elle laisse gouverner Mr SARKOZY. Quoi qu'on en dise la campagne a été au ras des paquerettes de la part de la gauche " tout sauf sakrko" ,"Petain=Sarko". Aussi permettait moi de renvoyer ces messieurs de la gauche vexée dans leur 22.. Il faudra laisser Mr Sarkozy gouverner et nous jugerons ses résultats. Mais pour le moment il se montre actif, incisif et respectueux des perdants. Et, sur ce sujet, il me semble que Madame Royal avait fait un appel du pied au centre. Mais là ce n'"était pas la même chose.......!!!!!!

Mirino 21/05/2007 15:19

21 MaiCe qui suit était écrit en anticipation d’un commentaire à cet égard de Mr. Séguillon, qui semble- pour cause- avoir besoin de quelques jours de repose. N'empêche il est à mon avistoujours pertinent et peut-être encore davantage, en considération de ce qui se passe actuellement en Beyrouth.

15 MaiLe petit discours du Président sortant était positif et approprié.On lui donne crédit pour n’avoir rien fait. Comme, et surtout sa belle couronne, de n’avoir pas bêtement suivi les anglo-saxons dans l’intervention en Iraq pour faire tomber le régime tyrannique.En considération de sa propre relation avec Saddam Hussein, les relations commerciales, les relations particulières avec les Etats Arabes, comment pouvait-il faire autrement ?On remet donc le vieux disc. Non pas pour empester ou discréditer qui que ce soit, ni froisser l’ordre commodément établi des choses, mais parce qu’il ne me parait pas correct de faire comme si l’histoire s’arrête à une intervention militaire considérée comme irréfléchie, et comme si le libre choix d’un peuple à adopter les valeurs que nous avons toujours défendu, n’implique rien, n’a donc pas grande conséquence et ne regarde point la France.Prétendre que le Chef de l’Etat est arrivé à faire une telle décision grâce à sa capacité de visionnaire et sa connaissance de peuples, de leurs différences ethniques et religieuses est certes bien pour l’image, mais même si j’étais français je n’en serais point convaincu, sans toute fois afficher une objection.Et même si j’étais français tout en continuant à croire que la Chef de l’Etat avait raison de ne pas engager la France dans une telle entreprise risquée, je continuerai par contre à croire qu’il avait tort de ne pas féliciter et soutenir les iraqiens, malgré les divisions, dès qu’ils eurent fait ce pas déterminant à choisir la démocratie pour élire leur gouvernement. Le silence de la France à un moment aussi décisif a pu être ressenti comme une condamnation. Maintenant les forces conflictuelles internes risquent de se déchirer ainsi que cette jeune démocratie de manière irrémédiable.Continuer à croire que les EU sont responsable pour l’accroissement du mal dans de monde est facile, lâche et malhonette. Avec le temps ceci devient de plus en plus apparent.Pour l’al-Qaïda et les intégristes extrêmes, le contrôle d’Iraq et la main mise sur son économie représentent une étape primordiale vers leur objectif fou de répandre par la force leur idée cauchemardesque d’Islam fondamentaliste dans le monde. Il faut être assez aveugle de ne pas enfin piger de ce qui se passe graduellement, surtout depuis le début du siècle. Regardez le chaos actuellement en ‘Palestine’ où al-Qaïda infiltre les rangs du Hamas. Les tactiques utilisées contre les forces de coalition en Afghanistan sont identiques aux celles utilisées en Iraq. Nous savons que le Taliban et al-Qaïda sont un. Nous savons que al-Qaïda est partout et nulle part. Nulle part car sans pays ni nationalité, partout car il l’est justement, comme un cancer qui ronge l’organe vital de la liberté, la démocratie.N’est il pas encore assez évident que si l’on n’arrive pas à sauvegarder les démocraties menacées en Iraq, en Afghanistan, en Liban et ailleurs, elles sont menacées partout ?Blâmer les anglo-saxons et Israël, les seuls pays qui se sont engagés sérieusement ou par nécessité et donc non sans difficulté, à faire face au mal, n’est d’autre que donner un coupde main gratuit aux fous de diable de continuer leur œuvre haineuse et destructrice.(Dernière nouvelle révélatrice d’aujourd’hui, 16 mai. Al-Qaïda menace de punir la France par des attentats pour avoir osé élire «le Sioniste» Nicolas Sarkozy… (autrement dit, un Président  fort, de conviction, qui défend son peuple ainsi que le principe de démocratie).