Les sept leçons de la présidentielle: 3. LA TENSION ENTRE LE LOCAL ET LE GLOBAL

Publié le par blog-pl-seguillon

3. La tension entre le local et le global

 

 

 

            Les questions internationales européennes  n'ont jamais été aussi peu évoquées dans une campagne présidentielle. Paradoxalement, elles n'ont jamais été aussi présentes dans le non dit de la mondialisation. Il n'est pratiquement pas un débat de politique intérieur qui ne renvoyait de fait à notre environnement extérieur, de la dette à l'immigration, de la fiscalité à la politique industrielle, de la monnaie à l'université. Le local n'a cessé de rappeler sa dépendance vis-à-vis du global !  

            Les candidats ont pourtant répugné à trop souligner ce lien.

           Paralysée par la division des socialistes sur la ratification du projet de Constitution européenne, Ségolène Royal a évité de s'aventurer sur le terrain communautaire. Elle s'est contentée de promettre qu'en toute hypothèse un éventuel nouveau traité institutionnel européen devrait être soumis à référendum.

           François Bayrou dont on imaginait que le fond de commerce était l'Europe s'est tu sur un sujet susceptible d'engendrer des clivages et de compromettre son score électoral.

           Nicolas Sarkozy s'est contenté de proposer un « traité simplifié » , première étape destinée à dénouer dans l'urgence la crise institutionnelle européenne.

           Tous trois ont été d'une grande discrétion sur les problèmes internationaux. Les voyages à l'étranger qu'ont accomplis Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal étaient beaucoup plus  destinés à se forger une image internationale aux yeux des électeurs qu'à dessiner  une politique étrangère réfléchie et originale.

           Les questions internationales, les défis de la mondialisation ou la crise européenne ont été néanmoins la toile de fond implicite d'une campagne centrée sur la politique intérieure mais qui s'est  évertuée à concilier, tant à droite qu'à gauche, un discours réformateur appelant à relever les défis de la mondialisation et un discours protecteur promettant d'en combattre les désagréments. Il en a été ainsi des philippiques contre la Banque centrale européenne ou contre l'euro fort, accusés de plomber notre industrie et nos exportations, des prises de positions claires de Nicolas Sarkozy ou embarrassées de Ségolène Royal contre l'adhésion de la Turquie, du procès de l'immigration clandestine offensif de la part du candidat de l'UMP, défensif mais compassionnel de la part de la candidate socialiste, de la valorisation de l'dentité nationale et du refus de la repentance chez l'un ou de célébration du drapeau et de la restauration de l'hymne nationale chez l'autre.

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

H. Beyhum 10/06/2007 14:47

La globalisation doit etre constructive pour toutes les classes de la societe; une globalisation au detriment de la classe ouvriere, comme c'est le cas actuellement, n'est pas du tout acceptable; une revision serieuse et des mesures draconiennes du systeme sont urgents et indispensables

jpb 07/06/2007 00:11

Tous le problème c’est que nous n’avons pas eu de candidats sachant maîtriser la technologie actuelle. La mécanisation, la robotisation, les nouvelles technologie leur passe largement au dessus du crâne. Nous avons des fonctionnaires au PS, capable de déblatérer sans cesse, en face des tenants du temps présent, mais aucun innovateur, aucun ingénieur. La synthèse entre la globalisation des échanges, la mondialisation de la culture et des brevets, les évolutions techniques sur tous les processus passant des énergies fossiles aux énergies renouvelables leur semble pur chinois. Il faut d’une part intégrer l’ensemble de la culture technique, la lier à l’économie et au social, pour disposer d’une réponse politique. Et bien, pas la peine d’avoir un main pour les compter. C’est zéro. En plus il faut trouver la solution de sortie du labyrinthe au niveau européen. Vous les trouvez comment mes sites ? ;-)

ll 06/06/2007 16:35

effectivement peu de choses ont été dites sur la politique internationale, peut  être aussi parce quele sujet n'était pas maîtrisé par aucun des candidats

Hasard du calendrier, que de tensions USa ex URSS  et de problèmes de part le monde ..

Le G8 sera le baptême du feu pour N Sarkozy, j'attends de vous lire sur le sujet :)