LES FAUX PAS DE BORLOO

Publié le par blog-pl-seguillon

      

 

     

 

 

        Depuis son arrivée au ministère ministre de l'Economie, des Finances et de l'Emploi, Jean-Louis Borloo a commis deux faux pas  qui ont mis François Fillon de fort mauvaise humeur.

         Jean-Louis Borloo , qui n’avait jamais mis les pieds à Bruxelles du temps où il était ministre de l’Emploi, boudant tous les conseils de ses homologues européens, a bien été obligé de se rendre à la réunion de l’Eurogroupe. Mais, comme nos partenaires le pressaient de questions et l’interrogeaient  sur la décision de la France de faire une pause dans la lutte contre les déficits publics, il a préféré s’éclipser plutôt que de tenter d’expliquer la voie économique – à la vérité fort étroite,  définie par le président de la République. Il a du se rendre par la suite à Luxembourg pour réparer ce faux pas. Mais l’effet produit sur nos partenaires européens a été catastrophique.

        Dimanche dernier, au soir du premier tour des élections législatives, Jean-Louis Borloo s’est une nouvelle fois pris les pieds dans le tapis. Alors qu’il était sur le plateau de TF1, le ministre de l’Economie s’est laissé piéger par Laurent Fabius qui lui demandait de démentir son intention de relever la TVA. Jean-Louis Borloo , embarrassé, a avoué que la chose était à l’étude laissant planer la confusion entre une augmentation pure et simple de la TVA pour financer les réformes du gouvernement et une TVA sociale qui ne serait qu’un  transfert de charges pesant sur les salaires supposé indolore pour les consommateurs. Voilà qui tombait fort mal une semaine avant le second tour des élections législatives. François Fillon a été obligé de ramer toute la semaine pour expliciter une mesure formulée par Nicolas Sarkozy durant sa campagne présidentielle mais qui ne l’enthousiasme paspersonellement. Il lui a fallu donner des ordres de grandeur – cinq points supplémentaires,  et promettre qu’en toute hypothèse ce qu’avait évoqué Jean-Louis Borloo n’interviendrait pas avant 2009. A l’inverse, ces déclarations ont été pain béni pour la gauche qui a enfin trouvé, avec cette TVA sociale, le cheval de bataille qui lui faisait défaut pour mener campagne : « voter socialiste pour combattre une TVA à 24,6%  ! »

        Ces faux pas ne favorisent pas une heureuse harmonie entre Bercy et Matignon . Et la belle synergie promise entre le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Emploi, le ministère des Comptes et celui du Travail est un peu compromise. Entre Jean-Louis Borloo , Eric Woerth et Xavier Bertrand, l’entente n’est pas tout à fait cordiale. Mais c’est peut-être après ce que souhaitait Nicolas Sarkozy en pratiquant ce découpage qui lui permet de garder la main sur toute chose !

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Delcourt 17/06/2007 15:07

Le 15 Juin

Demain, après le deuxième tour des législatives, on "s'écharpera" au Parti Socialiste.

Le couple Royal-Hollande, " Raz le Bol....";   tel est l'état d'esprit de très nombreux électeurs  du PS mais aussi de la majorité des " éléphants". Le Renouveau, oui mais sans eux....pensent de très nombreux jeunes du PS.

Lui, jovial, brillant intellectuellement et plein d'humour, mais complètement statique.... Elle, pincée derrière son sourire figé, jusque boutiste dans son aventure personnelle quitte à se marginaliser ( tout comme François Beyrou )... Son mérite aura toutefois été de mettre en lumière le "gap" qui s'est creusé entre les sympathisants socialistes et les dirigeants de leur Parti. Bertrand delanoë semble décidé à se mettre en position de challenger.Ce soir les commentaires après les résultats du second tour seront passionnants......

http://yvandelcourt.unblog.fr

M.C. GRAN 17/06/2007 13:58

Il faut quand même avouer que cette histoire de TVA n'est pas très claire: quelle est la différence entre une hausse de la TVA normale, et l'instauration de la TVA sociale?J'apprécierais beaucoup que l'on nous éclaire une fois pour toutes.J'aurais pourtant pensé qu'une nouvelle vignette automobile aurait été peut-être mieux acceptée pour renflouer les caisses de la    Sécu: elle eût été plus juste, puisque calée sur la "luxitude" ( c'est pratique, merci, Ségo!) des automobiles.A proposer au gouvernement?

palloporo 16/06/2007 07:02

Le faux pas de M. Borllo. En fait à chacun son faux pas! Il est vrai que M. Borloo, ce soir-là apparut plus qu'embarrassé, ulra gêné pour répondre à la question de M. Fabius. Mais il est vrai aussi que les socialistes ne proposent rien en échange. Comme d'habitude, il critiquent et cherchent le piège sur une hypothèse, sur une éventualité de projet. M. Fabius a voulu faire un "scoop"! Y a-t-il réussi? peut être! Mais appeler les électeurs à voter contre la hausse éventuelle de la TVA, c'est là tout le programme de M. Fabius et du PS. Voilà que des Eléphants deviennet des ouistitis. Demain le plus grand nombre de Nonistes et d'anti-libéraux auront disparus du paysage politique, sauf peut être M. Fabius dont ses électeurs ne sont toujours pas déscendus de leur nuage.

Foxie 15/06/2007 10:26

Si je ne m'abuse, les premiers à avoir évoqué la TVA sociale sont les socialistes, qui maintenant la condamnent, à une période de la campagne pour les présidentielles.

lucie 14/06/2007 15:02

va-t-il devenir le Roi de la Gaffe ? c'est vrai qu'il a largement manqué de subtilité.

pour la tva sociale, il y a un effet positif : tout le monde s'est mis au travail pour expliquer la chose et finalement nommer une large commission de réflexion. cela peut être très positif car même certains économistes socialistes apprécient l'approche et ne manqueront pas de s'exprimer... après le 2ème tour.

pour Bruxelles, c'est plus que cavalier. Mr Borloo aurait-il eu les yeux plus grands que le ventre ? vouloir beaucoup de pouvoir, parfait, mais il faut aussi être très structuré pour tenir la route!