HARRO SUR LA PRESSE

Publié le par blog-pl-seguillon

Si les journalistes n’existaient pas, il faudrait les inventer pour le seul confort des politiques et des militants !

   Ségolène Royal vient une nouvelle fois  de le démontrer.

   Chaque fois en effet que les politiques sont en difficulté, enregistrent un échec ou commettent une erreur, ils ne trouvent rien de mieux pour se faire pardonner que de s’en prendre à la presse coupable à leurs yeux de tous leurs maux.   C’est un classique du genre. Comme jadis Jean-Marie Le Pen , comme hier François Bayrou , Ségolène Royal dénoncent aujourd’hui ces médias odieux !

   L’ancienne candidate socialiste, plutôt que d’analyser les raisons de son échec, dénonce ce qu’elle estime être la partialité de la presse  et de vilipender la rédaction de France 2 accusée de ne pas s’être montrée équilibrée dans un reportage sur Bordeaux.

   Se posant en victime, elle explique également que la presse occulte les faiblesses de Nicolas Sarkozy et fait au contraire grand cas du moindre de ses faux pas. Et de citer les premières  images du début de la conférence de presse de Nicolas Sarkozy à l’occasion du G8. La presse est accusée par Ségolène Royal de ne pas avoir diffusée les quelques secondes où le président bute sur les mots et paraît hésitant. Tout cela pour faire oublier le message maladroitement envoyé à François Bayrou et laissé sans réponse ou la condamnation sévère prononcée à son encontre par le bureau national du PS et par son  principal protecteur  Pierre Mauroy.

   A la décharge de Ségolène Royal, on rappellera que lorsqu’elle occupait en permanence la une des magazines, ses adversaires de droite dénonçaient avec la même vigueur et la même mauvaise fois une presse  et une télévision publique vendue à la gauche et qui favorisait indûment la nouvelle venue sur la scène politique au détriment de ses adversaires.

   Aux journalistes méritants et si commodes, les politiques devraient bien plutôt tresser des couronnes !

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

xavier 19/06/2007 20:42

Personne ne se lève le matin en se disant je suis une fripouille, c'est sans doute ce qui permet de se raser sans effusion de sang. Cela permet aussi de nier l'évidence avec ferveur. Mais cette assurance n'aveugle que les crétins.

Vous etes une presse globalement aux ordres, les vieux réflexes de l'ORTF sans doute. De quel candidat auriez vous toléré une utilisation aussi cynique des fonds publics? Transport, sondages, sécurité. Voudriez vous nous faire croire que c'est l'UMP qui à règlé les factures des prestations de Guyane ou de Meaux. Qui aurait pu se permettre de convoquer des éditeurs dans son bureau, d'exiger des démissions et de se comporter comme un petit tyran? Et devant quel autre personnage auriez vous refusé d'enquêter sur son ISF ou son alcoolémie ?

Si vos convictions ne vous permettent pas de rester neutres, ne changez pas de convictions, changez de métier et surtout, surtout cessez de vous prendre pour des Capra quand vous faites le journalisme de Pradel.

Pat 17/06/2007 21:37

Cher Pls, j'apprecie egalement votre sens de l'impartialiate: "'la démagogie et le vide idéologique de la candidate socialiste". Merci de avoir confirme votre vote pour l'ump, qui n'etait il faut bin l'avoeur, un secret pour personne, depuis notamment votre maintenant celebre intervention au fameux debat faisant suite au debat Royal-Sarkozy... cher PLS, les Francais ont bcp plus de mmoire qu'ils n'en ont l'air...

ena 16/06/2007 22:07

Je crois, Mr Séguillon que, sur votre dernier commentaire, vous vous êtes trop épanché. 

I

Vous dites des journalistes : ".lls ont largement contribué à faciliter son OPA, via les sondages d'opinion, sur le parti socialiste". La question qui se pose alors est de savoir pourquoi ces journalistes, ont cru bon durant cette période, de devoir se fier aux sondages plutôt qu'à leur esprit critique, pour adouber S.Royal. Pourquoi n'ont-ils fait fi du politiquement correct, pourquoi n'ont-ils plus craint d'être taxés de misogynes, qu'au moment où S.Royal était (enfin?) candidate à la Présidence?

Le plus drôle, c'est qu'il est très problable, que Mr Delanoë soit lui aussi victime (à plus long terme bien entendu) de ce ...comment dites vous ? ..."politiquement correct" des journalistes. Il a l'air d'être pour l'instant un adversaire "digne" de s'opposer à Sarkozy, et ce d'autant que Sarkozy semble l'apprécier...Mais il a un point "faible" : "c'est un garçon pas comme les autres..."(C.Dion, Ziggy, 1997 - version anglaise-).   Imaginez... au bout de 5 années de Sarkozysme, de droite non plus décomplexée mais complètement désinhibée : quel sera le poids d'un tel opposant!?

Vous nous parlez aussi du vide sidéral du programme de la gauche (même les plus fervents militants, à se l'entendre répéter tous les 3-4 matins, en sont maintenent convaincus). Alors oui, Nicolas avait un programme, un programme fantastique, simplissime... et là je renvoie vos lecteurs à vos précédents articles (post-élections présidentielles)concernant la mise en place et les conséquences des mesures que N.Sarkozy s'est engagé à mettre en place.

Juste pour me faire plaisir, faites nous un compte -rendu de la performance de notre Président devant la presse internationale, au sommet du G8...

BISOUS.

Pat 16/06/2007 19:50

Mr Seguillon, etant donne que les grands noms de show biz, grands journalistes compris, paient l'ISF, il apparait naturel que ces derniers en ont en quelques sorte un peu marre, et qu'il est totalement naturel de voter pour l'UMP qui leur ont promis de le supprimer. Dautre part, tout le monde sait que Mr sarkozy telephone regulierement aux journalistes pour les critiquer sur telles our telles phrases te meme mots: Mr Barbier, votre coequipier, affirmait dans  une emission sur paris premiere que Mr Sarkozy l'appellait tous les 15 jours pour critiquer une intervention..... Certe ce raisonnement est tres simple voire simpliste, mais il n'est que la verite... la vie nest pas aussi compliquee quelle ne parait, et surtout, les francais ne sont pas aussi moutons quils ne le paraissent... Je trouve cependant lamentable que certaines grandes personalites de la tele se disent tres genereuses et creent leur association bidon pour soutenir telle ou telle cause, et en meme temps en ont marre de payer leurs impots: pour moi l'impot juste, cest la dire le contraire de la TVA, c'est la generosite officialisee...

alexandre forjaz de sampayo 16/06/2007 19:33



 

Mr. Pierre-Luc Séguillon  je viens de lire vos réponses ,

 



Franchement  trouvez vous que  les journalistes français

 



de la presse écrite , TV , rondes  culturelles  ,dans sa grande majorité  on été équitables  avec

 



Ségolène Royal ?

 



si votre réponse  est oui ,

 



je doive vous le dire  avec regret   que  nous sommes  vraiment, mais vraiment déçues

 



nous  sommes  plusieurs  collègues de  4 pais  différents   qui on suivi  et analyse votre campagne électoral .

 



Es ce  que vous avez eu  aussi , comme  nous a l’époque, des fiches des ministères de l'intérieur pour nous faire taire ?

 



Nous, on  a  tenu,

 



Vraiment dommage pour l’image que nous  avions de notre vieille profession