PS L'ELDORADO MUNICIPAL

Publié le par blog-pl-seguillon

       

 

        Les socialistes se savent condamnés au surplace durant les mois à venir. Le choc des présidentielles, le discrédit de la gauche, leurs propres divisions et, à l’inverse, l’état de grâce dont bénéficie Nicolas Sarkozy , son hyper activisme  et son habileté politique leur interdisent de relever la tête. Beaucoup d’entre eux sont convaincus qu’il ne se passera rien dans les mois à venir. Trois conventions programmées par François Hollande occuperont les militants mais ne feront pas une véritable rénovation.

       En réalité, les socialistes sont décidés à faire le gros dos jusqu’aux municipales. C’est de ces dernières qu’ils espèrent un retournement de situation.

       Celles-ci interviendront en mars 2008 après dix mois de gouvernance sarkozienne. Le président de la République aura déjà mis en route un certain nombre de réformes qui risquent fort d’entamer la belle popularité qui est la sienne aujourd’hui. Les socialistes sont également persuadés, au regard des résultats des élections présidentielles comme au vu des résultats des législatives qu’ils peuvent, à l’occasion de la consultation municipale  remporter une victoire qui effacera les échecs de 2007.

       Ils constatent en effet que la candidate socialiste a dépassé son rival de l’UMP dans de nombreuses grandes villes lors du deuxième tour de l’élection présidentielle. Ce phénomène a été confirmé par les résultats du deuxième tour des élections législatives. A Paris , la gauche a étendu son emprise. Elle a conservé ses douze députés sortants et conquis une nouvelle circonscription, la 8ème que détenait Jean de Gaulle. La socialiste Sandrine Mazetier y a battu Arno Klarsfeld. La gauche détient dont désormais dans la capitale 13 circonscriptions sur 21.

      La gauche a également réalisé le grand chelem en Haute-Garonne faisant de Toulouse une ville totalement rose et que la droite  aura bien du  mal à conserver. A Bordeaux, la socialiste Michèle Delaunay a mis Alain Juppé au tapis et à Lyon la gauche a gagné deux circonscriptions confortant ainsi son emprise sur la troisième ville de France.

      Les  municipales de mars prochain jouent donc le rôle d’Eldorado pour les socialistes. Beaucoup estiment qu’il sera plus facile alors pour une gauche revigorée d’opérer sa mue, d’arbitrer ses désaccords et de se choisir un chef tandis qu’ elle n’a d’autre possibilité aujourd’hui que de tenter de sauver les apparences d’une unité factice .

      Seule,  une petite minorité estime au parti socialiste que mieux vaudrait crever dès maintenant les abcès au risque de l’implosion générale, un succès aux municipales risquant au contraire  de rassurer la gauche à bon compte et de la conforter dans ses vieilles habitudes au lieu d’appeler sa refondation

Publié dans blogpls

Commenter cet article

M.C. GRAN 28/06/2007 14:12

Evelyne 44 a tout à fait raison; si l'analyse de PLS est la bonne, la gauche fait, là encore, ce en quoi elle excelle: attendre, et surtout ne rien faire.

lucie 28/06/2007 13:16

oui, c'est sûrement la stratégie actuelle du P.S, mais c'est une vision dans l'immobilisme ... comme si le côté " affamés de pouvoir" n'allait pas avoir d'impact!

il ya maintenant des PS, alors il est possible que ce que vous dîtes soit vrai pour un petit groupe, mais les autres groupes sont déjà en train de s'activer pour tirer la couverture à eux.

si les dirigeants ne prennent pas le risque de l'explication et de la définition du mot socialiste, il y aura plusieurs partis socialistes aux municipales avec des alliances qui n'ont pas fini de nous faire parler  par leur manque de ligne cohérente.

ils ne font que commencer leur quasi guerre civile. toutes les surprises sont possibles!

Kate 28/06/2007 12:24

Très jolie peinture (ou image ?). Vraiment. Quel en est l'origine ?

Pour ce qui est du texte, je connais une maxime qui dit :

"Ne jamais remettre à demain ce que l'on peut faire le jour même".

ou encore, "Un "tiens" vaut mieux que deux "tu l'auras" ".

Mais peut-être que déja "Alea jacta est" ?

 

Et si

Est-ce à dire que

 

Ne pas remettre

palloporo 28/06/2007 00:13

M. Séguillon. Votre analyse "théorique" est intéressante du point de vue journalistique. Mais, car il y a toujours un mais. La victoire du PS aux municipales (si victoire il y aura) n'effacera nullement les échecs de 2007! La preuve? L'Etudiant, qui par son échec aux examen redouble son année scolaire, n'effacera jamais de sa mémoire l'affront subi. Si le PS en reste là, il aura le temps de réfléchir encore dix ans durants.

evelyne44 27/06/2007 17:52

Si je comprends bien le sens de cet édito, la gauche ne cherche pas à gagner, elle attend tout simplement que la droite perde pour ramasser les restes. Elle ne s'inquiète pas de faire un programme crédible, des nouvelles propostions. La victoire doit lui échoir naturellement quand la droite perd et il suffit d'attendre. Cette stratégie a pourtant montré ses limites à la présidentielle. De plus, dans les villes le MoDem était autour de 1O%, s'il parvient à se constituer et à avoir des propositions solides, il pourrait très bien drainer à son profit les mécontents du sarkozysme et la gauche risque de payer vraiment cher son attentisme et son incurie.