A L'UMP, IL N'Y A QU'UN PATRON: SARKOZY

Publié le par blog-pl-seguillon

   Si vous souhaitez savoir qui dirige l’UMP, posez à l’un de ses membres la question suivante : « Sachant que la nouvelle gouvernance de l’UMP est désormais assurée par deux personnes, un secrétaire général nommé et révocable – en l’occurrence Patrick Devedjian , et un président élu par le Cconseil national du parti  – en l’occurrence Jean-Pierre Raffarin , pouvez-vous me dire qui nommerait un nouveau secrétaire général s,i par hypothèse, celui formellement désigné par la direction sortante était révoqué ». Immanquablement, vous provoquerez un grand embarras chez votre interlocuteur qui finira par déclarer dans un grand éclat de rire : «  Nicolas Sarkozy bien sûr ! »

   Le vrai et seul patron de l’UMP, en effet, est et demeure le chef de l’Etat. Tout le reste n’est qu’habillage. Patrick Devedjian , qui a hérité de Conseil général des Hauts-de-Seine est  l’homme lige du président de la République. Eric Woerth , ministre des comptes restera le trésorier du parti.  Alain Marleix, fidèle du chef de l’Etat et promu secrétaire d'Etat aux anciens combattants, continuera de s’occuper des investitures et Jérôme Peyrat , conseiller politique du président de la République , chargé des relations avec le Parlement et les élus de la majorité, bien qu’installé désormais à l’Elysée,  demeurera directeur général de l’UMP.

   Il n’était que de constater la mine renfrognée de Jean-Pierre Raffarin à la sortie du bureau politique de l’UMP qui venait de consacrer cette nouvelle «  gouvernance » pour comprendre que sa fonction  de vice président élu, affecté à l’organisation des débats, avait toute chance de la réduire au pôle de potiche ;

   A preuve, Jean-Pierre Raffarin avait bien lancé le débat sur la TVA sociale en estimant qu’une telle mesure aurait un effet inflationniste.  Mais c’est le député Jérôme Chartier , désigné par Patrick Devedjian sur l’insistante pression de Nicolas Sarkozy , qui a été chargé de préparer un rapport sur le sujet d’ici à trois mois.

   Nicolas Sarkozy sait par expérience ce qu’il en coûte pour le président de la République de ne plus maîtriser son parti ! François Mitterrand perd la main à partir du moment où il perd en 1989 le contrôle du P.S. Il en va de même en 2004 pour Jacques Chirac avec l’UMP que lui ravit un certain… Nicolas Sarkozy  !

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

M.C GRAN 02/07/2007 12:39

Réponse au commentaire NO 2: c'est un ANCIEN , vous le dites vous-même...Mitterrand n'était-il pas un ami de certains personnages douteux?Allez-vous faire porter le poids de leurs erreurs passées à tout le monde?Et les "anciens" communiste staliniens, alors?Regardez ce que les gens sont MAINTENANT, et s'ils sont nuls MAINTENANT, attaquez-les...Pas pour leur passé...Les dictons ont du bon: laissez les morts enterrer les morts et PENSONS A L'AVENIR.(merci de me publier -encore!!!- pour droit de réponse)MCG

M.C GRAN 02/07/2007 12:32

On constate tout de même, que  malgré  sa bonne tête, Monsieur Raffarin joue  depuis quelque temps les trublions au sein de l'UMP. Sa place  serait plutôt au sein du PS qui excelle dans ce genre de sport...Non que je souhaite au PS de continuer dans cette voie, mais comme je l'écris maintenant de puis longtemps, il serait plus utile, A GAUCHE COMME A DROITE, de se comporter comme des adultes face à leur devoir, plutôt que comme des gamins qui se tirent dessus à boulets rouges dans la cour de récréation. C'est "La Guerre des Boutons ", en France...Eh, bien ça suffit, les gars!Au boulot! Tout le monde!

Mekil 02/07/2007 11:54

Depuis Jeudi a l'UMP, il n'y a qu'un patron : Raffarin.

Devedjian est mort...De Villepin pourra revenir..un bienfait pour la France de 2012.

 

Richard Patrosso 27/06/2007 18:09

  Certes, Nicolas Sarkozy est le vrai patron de l'UMP, mais l'habillage reste important.   Le vrai républicain ne peut que s'indigner de voir à la tête du Parti présidentiel Patrick Devedjian, qui a su passer de l'extrême-Droite à la Droite pour être là où il est.   Il serait tout de même scandaleux qu'un ancien d'Occident soit à la tête du premier parti de France comme je l'ai écrit dans "Jacques Chirac Superstar" sur Cent Papiers : http://www.centpapiers.com/Jacques-Chirac-Superstar,1677 .  Quand les journalistes vont-ils nous informer que celui qui est secrétaire général de l'UMP fût pire que Le Pen dans les années 1960?

evelyne44 27/06/2007 17:56

Je pense qu'il faut tenir compte de la réduction du mandat à 5 ans qui pousse aussi dans ce sens. Nous allons vers une américanisation de  nos institutions, mais rien d'inquiétant, les USA sont aussi une démocratie ! Par contre, je serais favorable à une américanisation encore plus poussée en plaçant les législatives à mi-parcours du mandat présidentiel, ce qui permet de bien réajuster les choses en cas de besoin comme on l'a vu l'an dernier aux USA.