DU BON USAGE DE L’OUVERTURE SARKOZIENNE !

Publié le par blog-pl-seguillon

 

Pour juger de l’ouverture pratiquée par Nicolas Sarkozy en direction de la gauche et, plus particulièrement, en direction du parti socialiste, il faut avoir en tête que le nouveau président fait d’abord et avant tout de la politique ! C’est à cette aune que doit être interprétée une ouverture méthodique et systématique.

Nicolas Sarkozy veut à la fois être le président de tous les Français, le chef omniprésent de l’Exécutif et le patron incontesté de la majorité.

L’ouverture sert sa première ambition. Elle lui permet de se forger la stature d’un président situé au dessus des clivages partisans, capable de fédérer autour de sa personne des personnalités, des bonnes volontés et des talents venus de tous les horizons pour servir le bien commun.

Voilà pour l’image !

Chef de l’Exécutif, Nicolas Sarkozy entend définir et conduire la politique de la Nation par delà la fiction des attributions constitutionnelles du Premier ministre. Il  use donc en second lieu de l’ouverture comme d’un outil destiné à lever tout obstacle à un action réformatrice qu’il vent mener tambour battant. L’ouverture a pour lui l’avantage en effet de laisse l’opposition sans voix, du moins de décrédibiliser ses critiques. Elle a l’avantage de désorganiser la capacité d’obstruction du PS.

Voilà pour l’efficacité !

Patron de la majorité, Nicolas Sarkozy fait enfin de l’ouverture un moyen de déstabiliser les socialistes avant les prochaines élections municipales . Au vu des résultats obtenus par le PS dans les grandes villes et les villes moyennes lors des dernières échéances électorales, les socialistes peuvent en effet espérer prendre une belle revanche sur l’UMP à l’occasion des prochaines municipales. Le chef de l’Etat se donne donc dix mois pour tenter d’asphyxier le PS par ses débauchages successifs de personnalités socialistes éminentes.

Voilà pour la prospective !

L’ouverture n’est pourtant pas que bénéfice pour le chef de l’Etat.

Elle présente deux inconvénients de taille

Premièrement elle hérisse cadres et élus de l’UMP. Outre qu’un certains nombre de ces derniers se voient  privés de la sorte des postes généreusement accordés à des personnalités de gauche et en conçoivent une solide amertume, beaucoup comprennent d’autant plus mal cette ouverture qu’elle va de paire avec un sérieux verrouillage du parti majoritaire et une caporalisation du groupe parlementaire fermement invité à marché d’un même pas. La crise politique guette de ce côté-ci de l’ échiquier politique.

Deuxièmement, l’ouverture tourneboule un électorat qui a quelque mal a retrouver ses voix dans ce brouillage général des lignes politiques. C’est sans conséquence en l’état de grâce actuel. Il n’est ira pas de même lors des premiers orages.

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Roland 19/07/2007 22:55

En déstabilisant le PS par de multiples débauchages, il en fait tout autant au sein de l'UMP où on ne comprend plus rien à ce qui se passe. Avoir milité pour contre la gauche pour voir des figures socialistes aux commandes, je peux dire que ça fait grincer les dents de plus d'un. Sans compter la question du principe que pose la nomination de traîtres à leur camps à des postes à responsabilité : ce n'est pas tant qu'ils soient du camps adverse qu'il est question alors, mais de la traîtrise comme instrument politique et l'encouragement de l'opportunisme. C'est tout simplement la forfaiture organisée.Bien qu'il puisse être tôt pour l'affirmer, je gage que Nicolas Sarkozy tombera de très haut lorsque sa chute surviendra.

evelyne44 15/07/2007 16:22

Le MoDem devrait envoyer un message de remerciements à N. Sarkozy. Après avoir essayé de l'étouffer avec le Nouveau Centre qui a fait un flop mémorable en pourcentage de voix, en débauchant les leaders socialistes N. Sarkozy est en train d'accélérer la migration des sociaux-démocrates vers le MoDem. Si DSK franchit aussi le pas, le tableau sera complet. Le problème de Sarkozy c'est qu'il s'agite beaucoup, mais à trop s'agiter dans des directions contradictoires, il va finir par être son meilleur ennemi sans s'en rendre compte.

Ou bien est-ce parce qu'il ne se sent pas bien soutenu à l'intérieur de l'UMP qu'il est un peu obligé à l'ouverture ? Les Raffarins, Méhaignerie, etc.  seraient-ils si peu fiables pour l'obliger à aller chercher un appui chez les socialistes ?

ll 13/07/2007 15:42

Bonjour

Cecilia  Sarkozy en Lybie, ouverture sur une affaire  Bulgare ???

Bloggy Bag 13/07/2007 12:09

L'ouverture c'est également autant de bombes à retardement qui risquent de se déclencher au fur et à mesure de l'usure du pouvoir ou si le PS devait rapidement réussir sa refondation.

 



Que se passera-t-il si Kouchner ou Hirsch venaient à avoir des états d'âme ?

 



Que se passera-t-il si des cendres du PS sortaient une idéologie puissante et refondée, des outils nouveaux, un nouvel espoir utopique. Le "démerde yourself" de Sarko risque d'apparaître pour ce qu'il est, un renoncement social, la défiscalisation à gogo risque d'apparaître pour ce qu'elle est, une marche accélérée vers l'explosion, quant au "se lever tôt pour gagner plus", il risque également de paraître ce qu'il est, un renoncement matérialiste à un monde meilleur.

François LUCAS 12/07/2007 21:31

Il y a des gens à vendre et il a les moyens d'acheter, où est le problème ça c'est passé comme ça depuis des millénaires...ça ne prouve pas que celui qui achète adore ceux qu'il paie... et qu'il ne s'en débarrassera pas à la première occasion. C'est de la politique, c'est habile, au moins sur le court terme. Le problème avec ceux qui se vendent c'est qu'ils camouflent toujours leur vénalité derrière des fausses idéologies, ce qui fait que la chute les rend dangereux pour celui qui les a acheté... alors attendons, la suite va certainement être passionnante.