LES CLEFS DE LA BATAILLE DE PARIS

Publié le par blog-pl-seguillon

C’est avec le titre de  favori que Bertrand Delanoë a pris hier le départ de la course municipale à Paris en officialisant sa décision de briguer un second mandat à la tête de la capitale.

   Le maire de Paris peut en effet se targuer d’un bilan honorable. La création de Paris-plage, l’inauguration du tramway ou le lancement de l’opération «  vélib » ont connu  des succès populaires. Les résultats en matière d’emploi ou de logement sont moins glorieux mais tout en ces matières ne dépend pas de la seule municipalité.

   François de Panafieu, en revanche, se lance dans cette épreuve avec quelques handicaps sérieux>. Son projet pour la capitale demeure très flou. Bien que désignée par les militants de l’UMP, sa candidature n’en est pas moins con,testée par plusieurs caciques de l’opposition municipale, de Bernard Debré ) Jean Tibéri en passant par Pierre Lelouche. Elle peine à unifier sa famille. Quant au soutien que lui apporte le chef de l’Etat , il apparaît sans enthousiasme. Tout se passe comme si Nicolas Sarkozy préférait secrètement un nouveau succès de Bertrand Delanoë. Le président est en effet persuadé que reconduit à la tête de la capitale, le maire de Paris aura tôt fait de prétendre la direction du PS et sera très logiquement en piste pour l’élection présidentielle de 2012. Or Nicolas Sarkozy est convaincu qu’il le pourra vaincre sans difficulté comme il a terrassé Ségolène Royale en 2007.

   Mais ces considérations sont de peu de poids au regard de la sociologie des arrondissements parisiens. Au vu de leurs populations respectives, les huit arrondissements détenus aujourd’hui par la droite ( 1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 16e, 17e 18e ) ont fort peu de chance d’être conquis par la gauche. Pour les mêmes raisons, dix des douze arrondissements dirigés par la gauche  ( 2e,3e,4e,10e,11e, 13e, 14e, 18e, 19e, 20e)  ne devraient pas basculer à droite. Le sort de la capitale se jouera donc en mars, pour l’essentiel autour de deux arrondissements ( les 9e et 12e) qui, aujourd’hui à détenu par la gauche, sont susceptibles, en fonction de leur sociologie de revenir à droite.

   Il ne faut pas oublier en effet que le maire de Paris n’est pas élus au suffrage universel mais qu’il est désigné par les conseillers  d’arrondissements dont le nombre varie selon la taille de l’arrondissement. La reconquête de ces deux arrondissements donnerait mathématiquement le fauteuil de maire de Paris à François de Panafieu.

   La victoire de la socialiste Sandrine Mazetier en juin dernier, lors des élections législatives,  dans ce douzième arrondissement, a de quoi rassurer Bertrand Delanoë. Mais c’est peut-être le modem de François Bayrou qui, selon qu’il choisira de soutenir  à la majorité sortante ou ses adversaires décidera du sort de ces deux arrondissements et qui donc détient les clefs de la bataille de Paris.

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

reric 06/09/2007 16:45

Qui vous dit que le vélib, qui n'a pas été inventé par le Maire de Paris mais par la société QUI LES FABRIQUE ET LES MET EN PLACE , va aider le maire actuel a rester enplace ? Qui vous le dit? C'est fou, çà, vous n'étes que journaliste et l'on a vu ce que les journalistes ont réussi à rater come prédiction lors des Présidentielles. Ca ne leur suffit pas aux journalistes de se prendre pour des Augures,  laissons les Parisiens voter libres de leur choix, et restez à votre place, celle du commentaire, et pas marchands de prosélitysme.. Merci.

marsyas 05/09/2007 17:51

Si c'est le MoDem de François Bayrou et sa candidate à Paris, Marielle de Sarnez, qui détiennent les clefs de la bataille, pourquoi n'en parler que dans la dernière phrase et consacrer tout le billet à un état des lieux de l'opposition entre les deux autres protagonistes qui, au fond, n'apprend pas grand chose ?