NICOLAS ET FRANCOIS: MANO A MANO!

Publié le par blog-pl-seguillon

     Si Nicolas Sarkozy a mis tant de soin, lors de sa prestation télévisée, à vanter l’action « remarquable » de François Fillon , c’est bien parce que les rapports entre les deux hommes appelaient un sérieux recadrage. Et si le chef de l’ Etat s ’est longuement attardé sur la façon dont le président et son Premier ministre travaillaient « la main dans la main » c’est, à l’évidence, parce que leurs relations ont connu une phase de réelle tension ces dernières semaines.

     Tout a commencé avec la participation, le 2 septembre,  de Claude Guéant au  Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. La prestation du secrétaire général de l’ Elysée a tué la rentrée politique de François Fillon. C’est ensuite la façon dont Nicolas Sarkozy a désigné le Premier ministre comme le  «  collaborateur » du président  qui a fortement agacé François Fillon. C’est enfin la manière fort cavalière qu’a eu le chef de l’Etat d’oublier de citer son Premier ministre lors de la présentation de son nouveau contrat social qui a fait sortir François Fillon hors de ses gonds.

    Les relations entre les deux hommes ne sont pas en effet aussi simples et limpides que l’un et l’autre le prétendent.

    Avant de se compléter et de travailler de concert à l’élaboration du projet présidentiel, ces deux animaux politiques se sont beaucoup détestés. En 1999, François Fillon refuse l’alliance que lui propose Nicolas Sarkozy pour conquérir le R.P.R. Le député de la Sarthe n’est pas loin alors de considérer le maire de Neuilly comme une sorte d’Izznogood, traître par nature. C’est l’époque où Nicolas Sarkozy explique à qui veut l’entendre que François Fillon , personnage terne et néanmoins méchant, est dénué d’idées originales. C’est le temps où, de son côté,  François Fillon confie sans détour aux journalistes que Nicolas Sarkozy est insupportable et qu’il tuerait père et mère pour arriver. L’antagonisme est d’autant plus fort alors  qu’au sein du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin , François Fillon est tenu pour l’antisarko au point de faire figure Premier ministrable. Le ministre de l’Intérieur feint d’ignorer son collègue des Affaires sociales, grand architecte de la réforme des retraites,  dont il explique néanmoins qu’il manque de charisme, qu’il n’est pas populaire et point aussi efficace qu’il le prétend.

    C’est la rupture avec Chirac qui fera les retrouvailles avec Sarkozy !

    Le 14 juillet 2003, Chirac omet de citer François Fillon dans son intervention télévisée alors que ce dernier vient de réussir la réforme des retraites. François Fillon marque le coup. Pire, en 2005, le chef de l’Etat oublie volontairement François Fillon dans la composition du gouvernement de Dominique de Villepin et lui explique sans autre ménagement qu’il n’y a pas de place pour lui dans la nouvelle équipe ministérielle.

 

     De là date la décision d’un compagnonnage avec Nicolas Sarkozy.

     C’est dire que la relation entre les deux hommes a une histoire particulière qui  rend leur mariage politique  la fois solide  et fragile.  Mariage d’intérêt entre deux ambitions fortes et pour l’heure complémentaires,  deux tempéraments également narcissiques sous des formes différentes : l’ambition de l’un est affichée et volontiers provocatrice, celle de l’autre est  intravertie et plus policée. Mais tous deux sont dévorés d’un même feu. S’il va jusqu’à théoriser le relatif effacement du Premier ministre, François Fillon n’entend pas pour autant être considéré comme quantité négligeable.

     Si Nicolas Sarkozy a rendu un hommage aussi appuyé à son Premier ministre hier soir c’est bien parce qu’il a senti qu’à trop tirer la couverture à lui il risquait l’incendie avec Matignon. Ce qui serait pour le moins prématuré et préjudiciable à sa propre aura.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

palloporo 22/09/2007 14:55

Parfaite récapitulation "historique" du contentieux politique entre ces "deux animaux" du paysage politique français. Le contentieux ayant été reglé par les électeurs, reste le problème des petites frictions et à en limiter la durée. Ces frictions, selon vous, ont vu le jour le 2 septembre après le passage au Grand Jury RTL-LCI-LEFIGARO du secrétaire générale de l'Elysée M. Claude Guéant. Les journalistes politiques du Grand Jury ont adoptée eux aussi la rupture. Rompre d'avec les usages caducs du passé. Je peux me tromper, mais je n'ai pas de souvenir d'avoir vu un Secrétaire Générale de l'Elysée participer au grand Jury depuis l'instauration de la Ve République. Votre experience reconnue et appreciée dans de longs entretiens tels que "questions à domicile (par exemple), aurait pu vous faire penser qu'une telle émission pouvait donner des résultats contraires à ceux espérés. Ce qui a fait dire à M. Mauroy: "les relations Sarkozy-Fillon: une dérive dangereus". C'est assi d'un résultat contraire à celui escompté que vit naître l'intente (ou mariage politique) de ces "deux monstres sacrés" (c'est plus gentil qu'animaux,non?) du paysage politique français. Ce "mariage de raison" entre ces deux Politiques, au narcissisme comparatif mais personnalisé, à la fois solide et fragile, a un intérêt commun: Durer! C'est la durée qui permet de perséverer dans l'accomplissement de la tâche que l'on s'est fixée. L'éphémère se volatise assi vite qu'apparait. La rupture p^ronée par M. Le Président de la République devrait s'appliquer assi au gouvernement. Fini le chambardement et les déménagements inutiles dus à l'habituel changement de gouvernement au bout de deux ans et demi pour le soi-disant remaniement, où les arrivant vont r remanier assi les dossiers rien rien que pour demontrer qu'ils feront autre chose que le predécesseur. M. Le Président de la République garde son Premier ministre et son gouvernement le temps de son quinquennat, en remplassant place pour place le Ministre démissionnaire (ou démissionné). Rupture aussi à l'Assemblée Nationale: les Elus à la députation n'auront que le mandat de député; ils travailleront trois semaines en commission et une semaine en assemblée pour coordonner les travaux faits en commission. Les Lois votées ne seront validées que si l'on a pu constater qu'au moins les 4/5 des élus étaient presents lors du vote. Le décrêt d'application sortira dans le délai de deux mois maximum. Cela pourrait apporter la solution "au fond du problème de M. Sauvadet: l'encombrement du travail législatif". Etudier les propositions de M. Guy Carcassonne sur les "retenues sur salaire" des élus qui font de l'absenteisme leur doctrine, et réformer comme tout autre statu celui de tous les autres statu parlementaires. Mais je pense que sur ce problème, si j'en crois aux propos tenus par M. JM Ayrault et M. JF Copé, on notera, fait rarissime à l'Assemblée Nationale, l'unanimité parfaite. Et enfin, pour ceux qui en volent savoir un peu plus, un petit tour sur lefigaro.fr, pour consulter "florilège d'idées pour réformer la Constitution". Consultation conseillée aussi aux Politiques, l'on pourra y lire des propositions telles que: Régime présidentiel; Suppression du Sénat; Suppression des subventions aux partis politique et aux syndicats; moins de collectivités locales; diminution du nombre des parlementaires; etc, etc, etc. Lecture très instructive!

ll 21/09/2007 15:20

les meilleurs ennemis :)

A la place de M Fillon vaut mieux rester sur ses gardes , 2 présidents de suite qui oublient de le citer, ça fait beaucoup

C'est une entente de façade.. au fait le jogging c'est fini???

philippe Noris 21/09/2007 15:14

Tout à fait d'accord. Rendez vous dans 1 an quand les gesticulations n'auront donné aucun résultat. Il sera peut-être aisé de truquer les chiffres du chômage ou de l'immigration, les gens responsables pourront constater que leur voisin est toujours sans emploi et que les bandes de sauvageons "d'origines" étrangères s'affrontent toujours en plein Paris. A ce moment Sarko n'aura d'autre choix que de flinguer Fillon. Et alors qui pour le remplacer? Borloo qui accumule les bévues ? MAM la traître de Clearstream? Rachida la mal aimée? Rama la débutante? Raffarin le has been? Devedjian le "salope"? Peu de choix dans son camp. NS ira sans doute chercher Ségolène à qui il a tressé une couronne de lauriers dans son allocution puisque DSK a renvoyé l'ascenceur en précisant qu'il ne serait pas candidat contre Sarko en 2012.

2008 risque d'être une année sportive, et pas seulement à Pékin!