L'OUVERTURE TREBUCHE SUR L'AMENDEMENT MARIANI

Publié le par blog-pl-seguillon

Les deux amendements du député UMP du Vaucluse Thierry Mariani, celui du test ADN pour le regroupement familial et celui restreignant l’accès aux centres d’accueil aux seuls SDF munis de papiers en règle auront eu pour principal effet de révéler les limites du projet fédérateur de Nicolas Sarkozy et de sa politique d’ouverture.

 

 

 

Le chef de l’Etat prétend en effet très largement fédérer tous les  électorats, de l’extrême droite au centre voire, pour partie, à la gauche grâce à l’ouverture envers plusieurs personnalités ( Bernard Kouchner , Jean-Pierre Jouyet , Fadela Amara, Jean-Marie Bockel ou Martin Hirsch ). L’épisode Mariani démontre qu’à vouloir faire le grand écart, on finit par trébucher.

 

 

 

La troisième loi sur l’immigration voulue par Nicolas Sarkozy avait pour premier objet de flatter l’électorat la droite en durcissant un peu plus encore les conditions d’entrée des étrangers sur le territoire français. Plus royaliste que le roi, Didier Mariani dont l’élection dans le Vaucluse dépend pour beaucoup de l’électorat frontiste, a voulu aller plus loin encore dans les signes donnés à l’extrême droite.

 

 

 

Mais à trop tirer sur la corde, elle ses casse.

 

 

 

La majorité s’est déchirée sur le sujet.

 

 

 

Des députés de l’UMP, pas toujours très courageux mais certainement mal à l’aise ont fait en sorte d'être absents de l’hémicycle au nomment du vote. Les sénateurs ont largement édulcoré l’amendement traitant de l’usage des tests ADN pour le regroupement familial. Trois anciens premiers ministres , Edouard Balladur , Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin ont expliqué que le plus sage serait de renoncer à cet amendement. Charles Pasqua , qui n’a pas la réputation d’avoir été un ministre de l’Intérieur particulièrement favorable à l’immigration, a récusé ce recours à l’ADN.

 

 

 

 

Quant aux ministres de l’ouverture – à l’exception de Jean-Marie Bockel, ils ont dit chacun à leur manière leur malaise  et leur mécontentement. Bernard Kouchner a exprimé ses «  réserves », Martin Hirsch « , son opposition » et Fadela Amara son dégoût estimant  « dégeulasse » cet amendement destiné selon elle à «  instrumentaliser l’immigration » ce qui a conduit les députés de la majorité à se sentir «  injuriés » .

 

 

 

Le bilan de ces deux amendements est donc affligeant pour l’Exécutif.

Ils ont brouillé le message de la loi elle-même dont l’Elysée attendait qu’elle contribuât à fixer l’électorat FN.

Ils ont divisé la majorité.

Ils ont ébranlé les ministres d’ouverture.

Ils ont attisé les crispations des élus de l’UMP à l’encontre de l’ouverture.

Ils ont suscité la réprobation de nos partenaires africains.

Ils ont conduit le gouvernement à une reculade sans gloire. Le premier amendement est totalement édulcoré, le second quasi retiré.

 

 

 

Le président n’en poursuivra pas moins la politique d’ouverture au moins jusqu’aux municipales. C’est ainsi pense-t-il qu’il pourra continuer à déstabiliser la gauche, asphyxier le Modem, élargir sa base et faire oublier les difficultés économiques du gouvernement.

Mais l’épisode Mariani aura surtout et avant tout mis en évidence les limites de cet élargissement simultané vers l’extrême droite et vers la gauche: la dépolitisation a ses limites. Le clivage droite gauche ne saurait être effacé d’un coup de baguette magique. Le débauchage ne transcende pas les divergences idéologiques. A l’ignorer ou à feindre l’ignorer et à brouiller volontairement les lignes politiques pour des raisons tactiques, Nicolas Sarkozy court à la longue un danger réel : déstabiliser son propre socle électoral naturel.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mekil 15/10/2007 09:33

A foxie, choisir une immigration pour moi ne veut pas dire la cantonner a des tests medicaux...relisez moi je n'ai jamais dit qu'il fallait ouvrir grandes les portes!!

La famille n'est pas juste l'assemblage d'etre humains ayant les memes attributs genetiques...reprenez un dico!!

palloporo 13/10/2007 00:58

Rupture. Ouverture. Fédération.  L'ouverture trébuche sur un amendement qui n'aurait jamais du voir le jour. La Rupture risque de se produire à l'intérieur de la majorité, avec des résultats contraires à ceux espérés. La Fédération (de tous les électorats, de l'extrème droite au centre, voir, pour partie, à la gauche grâce à l'ouverture....je vous cite), idéologie utopique et illogique. Lorsque l'on constate qu'à l'intérieur d'une même famille politique il y a divergences d'opinions sur des sujets dits sensibles, telle que l'immigration ou les régimes spéciaux, on peut se poser la question de "comment consensuer" sur une tel sujet, par der politiques aux théories diamétralement opposées. Le Chef de l'Etat peut être le Président de tous les français sans fédérer qui que ce soit, et avec un Gouvernement légitimé par le résultat des urnes. Si ouverture il y avait, elle aurait du avoir lieu dans d'autres Institutions que dans le Gouvernement. Il n'y a aucune raison qui justifie de continuer l'ouverture dans les élection Municipales, chacun sait que  les Municipales n'ont rien en commun avec la Présidentielle et les Législatives. Le bilan affligéant pour l'Exécutif du à l'épisode Mariani, nous prouve, si besoin est, que les "mariages arrangés" sont de coute durée. Vous dites: "Le débauchage ne tranchende pas les divergences idéologiques". Personnellement je ne pense pas qu'il y ai eu débauchage de qui que ce soit, il y a eu de la part de chef de l'Etat "Une Invitation", à des personnalités socialistes, à un dialogue constructif et à une participation souhaitée, à l'élaborations de projets socialo-économiques du Gouvernement Ces personnalités ont choisi de participer et contribuer, je ne vois pas où est le débauchage. Ce sont des personnes résponsables, libres de ne pas accépter l'Invitation, comme d'autres l'ont fait. Mais au fond, les amendements Mariani et le "dégueulasse" de Mme Fadela Amara, devraient logiquement apporter à l'Opinion, aux Médias et aux Politique, matière à réfléction. Il ne s'agit pas seulement "d'instrumentaliser l'immigration", de parler d'identité Nationale, d'intégration ou de confession, il s'agit d'ouvrir un Grand Débat, National, Européen, Mondial, sur  "Les Civilisations dans la Mondialisation (ou la Mondialisation et les Civilisations). On a bon "tourner au tour du pot", le problème il est là ! Quant au racisme, il existe parce que l'on s'en sert à des fins fins politico-personnel, une façon comme un'autre pour des arrivistes de faire parler d'eux et de se placer dans l'establishment. L'arrivisme pousse à l'antagonisme et à la déchéance du vaincu.

Foxie 12/10/2007 16:51

Le commentaire de Mekil qui se veut contre la politique d'immigration de Nicolas Sarkozy en défend malgré elle l'aspect immigration choisie et critères professionnnels.En effet, si on compte sur les immigrés pour financer les retraites dans le futur (ce qui  a d'ailleurs aussi un petit parfum "exploitation"), ce n'est pas en laissant rentrer des gens qui ne vont vivre que de prestations sociales .

Orange Libre 12/10/2007 14:08

L'avantage avec l'omniprésence du président et la course permanente, c'est de révéler plus rapidement les failles énormes de la politique de Sarkozy.On ne peut tromper le peuple longtemps, ce qui ne veut pas dire qu'il va réagir.Je ne vois pas comment on peut demander à quelqu'un de se rallier en faisant soumission, tout en lui demandant d'avoir des idées originales, de se taire quand il est pas d'accord, tout en parlant d'ouverture...Certains y ont cru... En tout cas, ce n'est pas du tout l'ouverture que préconisait François Bayrou.

Mekil 12/10/2007 10:28

Ne pas prendre en compte l'immigration comme facteur de croissance serait suicidaire au vu du grand nombres de retraites qui nous attend dans 5, 10 ans.

Comme disait Bernard Guetta ce matin..l'etat ferait bien de frapper durement tous ceux qui embauchent au "black" des salaries sans papiers, faisant miroiter a leurs familles et amis au pays que c'est simple de bosser chez nous....là au moins les choses seraient claires...mais chuuuut, les entrepreneurs du BTP votent a droite, ils ne faudraient pas les vexer, et encore moins augmenter la masse salariale de Messieurs Bouygues et Vinci...pfff...triste France que nous devenons!!