BUGS DIPLOMATIQUES

Publié le par blog-pl-seguillon

   

A l’évidence, le chef de l’Etat n’a pas sur la scène internationale la même maîtrise politique que sur la scène nationale. En l’espace de deux jours il vient d’essuyer deux sérieux camouflets diplomatiques. A Moscou, il a cru, non sans une certaine naïveté, que l’accueil convivial que lui avait  réservé Vladimir Poutine, la promenade amicale en 4 X4  dans la datcha du président russe et les propos conciliants que lui avait tenus ce dernier valaient rapprochement d’avec les positions françaises. Le réveil a été cruel en fin de visite officiel. Il est apparu que  sur l’Iran comme sur  le Kosovo Vladimir Poutine n’avait pas bougé d’un pouce et était demeuré sourd aux argument de son hôte.  A peine de retour à Paris, le président français a pris connaissance de l’entretien fort sévère à son encontre accordé par Jean Claude Juncker au Monde . Le Président de l’Euro groupe d’habitude plus modéré, souffle le chaud et le froid. Tout en déclarant apprécier le franc parler du président français, il reproche cette fois pêle-mêle à Nicolas Sarkozy , d’avoir tenu des propos injustes et inopportuns sur la BCE, de jouer perso et non pas collectif dans la cour européenne  et surtout de ne pas tenir les engagements pris par ses prédécesseurs sur le plan budgétaire au risque de nuire aux intérêts de l’Union

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

CL 17/10/2007 21:51

Sarkozy ce balourd met les pieds dans le plat au lieu de jouer le jeu subtil de la diplomatie. Il prend en conséquence le plat en pleine figure.

Il n'y a guère qu'en France que ses gros sabots lui valent quelque succès...Amour du terroir bien de chez nous quand tu nous tient !

Charles 15/10/2007 20:44

C'est étonnant cette propension de quelques experts ès géostratégie autoproclamés de dénigrer des propositions audacieuses sous prétexte qu'elles sont iconoclastes...

 

 

 

Personnellement, j'applaudis des deux mains la suggestion de Sarkozy de faire rentrer des états européens au capital de Gazprom. Evidemment il serait illusoire de penser que la Russie puisse donner suite à cette suggestion à bréve échéance et sans contrepartie significative mais le Kremlin a ainsi pu prendre bonne note de ce qui pourrait être une base de négociation commerciale avec la France et d'autres pays européens.

 

 

 

L'Europe a besoin de s'assurer des approvisionnement énergétiques sûrs (et l'on sait qu'elle est très largement dépendante du gaz de Gazprom) et la Russie, de son côté, pourrait tirer profit d'un renforcement de ses liens économiques avec l'Union (plutôt que d'assister, impuissante, à sa perte d'influence sur les pays de l'ex-CEI qui se rapprochent inexorablement de l'Occident et plus particulièrement de l'Union européenne).

Bottanelli 15/10/2007 15:56

Bonjour,

Le problème, M. Séguillon, que vous n'évoquez pas, c'est évidemment que la parole de M. Junker n'est pas forcément ni vérité, ni réalité. Je ne vois pas le problème d'une voix discordante au  sein de l'Europe sur des sujets particuliers. C'est sûrement le seul moyen de faire bouger un peu les choses, de les faire évoluer. Mais si on pense que tout va bien et qu'il ne faut surtout rien changer, alors bien sûr, il faut parler comme vous le faites.

Quant à le Russie, on peut faire aussi comme si tout allait bien et ne rien dire (M. Chirac le faisait très bien). On peut aussi rester sur les positions que l'on défend et bien sûr, les différences aparaissent au grand jour. Grave, ce n'est pas dans les normes ...  tant pis, sauf si encore une fois on a décidé qu'il ne fallait pas faire de vague. Ca à l'air d'êrte votre position, domage, à moins que ce ne soit que pour polémiquer et que vous ne le pensiez pas : encore plus grave.

PH. Bottanelli

Mekil 15/10/2007 09:40

A vivarais..oui on en est sur...hahaha..osez demander de mettre en place un echange d'actions avec gazprom..faites moi rire, dans quel interet pour eux, aucuns..nous sommes leurs clients et devoues!!

Moi ce qui me derange le plus, c'est de voir un president si peu fier de lui meme pour mettre des chaussures a talonnettes de tailles differentes en fonction des presidents qu'il va rencontrer...quand on est president, on est fier, on represente la nation on a pas besoin d'artifices!!

Bref, les russes ont leur franc parler que certains autres gouvernements devraient avoir envers nous pour reveiller les consciences endormies actuelles.

vivarais 13/10/2007 13:47

Je suis un peu déçu de votre jubilation à dénoncer un soit disant échec de la diplomatie Française face à Poutine.D'autant que vous omettez de dire que Nicolas Sarkosy à su garder la fermeté de la Fance en ne lachant rien.Etes vous sûr que cette visite n'a pas scellé et renforcé des accords "technos-économiques majeurs? Bien à vous.