NICOLAS-CECILIA : EFFETS POLITIQUES D’UNE RUPTURE

Publié le par blog-pl-seguillon

 

 

 

            Passé l’effervescence médiatique, la seule question qui vaut et mérite d’être évoquée désormais,  sans s’aventurer sur le terrain de la vie privée, est celle des conséquences politiques du divorce présidentiel.

            La séparation du couple  est une opportune  clarification  qui devrait bénéficier à la communication présidentielle et au fonctionnement des équipes qui entourent le chef de l’Etat.

            Dans la mesure même où son épouse avait été, depuis des années, partie intégrante de la stratégie de communication politique de Nicolas Sarkozy , sa présence-absence et sa disparition non confirmée depuis de nombreuses  semaines brouillait la communication présidentielle et tétanisait les collaborateurs du président.

            Cécilia Sarkozy a été,  en effet, étroitement associée à la longue marche de son mari vers la présidentielle. A l’instar du couple Kennedy, le couple Sarkozy entendait incarner la jeunesse, le dynamisme, le renouveau et, pour tout dire, la rupture avec l’image désuète des couples présidentiels de la vieille monarchie républicaine. Bien plus, durant la campagne présidentielle, Cécicila Sarkozy, même si ses conseils ou ses injonctions n’ont pas toujours été entendus, à joué un rôle majeur dans la communication du candidat. Elle reste un atout et un acteur politique lorsque Nicolas Sarkozy entre à l’Elysée. Le nouveau président se plait à donner à voir aux Français l’image de la famille recomposée et harmonieuse, entouré des enfants de plusieurs lits. Flanquée d’un conseiller diplomatique, la première dame de France excède le rôle de celles qui l’ont précédée. Elle contribue à écarter certains collaborateurs, à en favoriser d’autres et n’est pas étrangère à certaines promotions ministérielles. Nul n’a oublié enfin son périple à Tripoli.

            Rien d’étonnant à ce que son éloignement, dès lors qu’il n’était pas officialisé, ait contribué à altérer l’image présidentielle et à polluer la communication du chef de l’Etat et de ses collaborateurs.  

            Voilà donc que les choses sont désormais plus claires. Ce qui est plutôt un bénéfice politique.

            Quant à l’effet du divorce sur l’opinion, il sera sans doute neutre. Les Français se sont affranchis depuis longtemps des faux semblants hypocrites d’une morale bourgeoise qui voulait qu’on sauvât  les apparences d’une union harmonieuse quitte à mener par ailleurs une autre vie contredisant secrètement cette harmonie de façade! Ce qui est vrai de la société française est désormais vrai du couple présidentiel. Au pire, l’opinion sera indifférente. Au mieux, elle se sentira plus porche d’un président qui vit ce que vivent de nombreux Français dans leur vie personnelle.

            Ceci n’empêchera sans doute pas les lecteurs de Gala, de Voici ou de Match de se passionner pour la manière dont Cécilia refera sa vie et de se demander si et quand si elle sera  remplacée dans le coeur du chef de l’Etat. Mais cela est une autre histoire… privée celle-là.

            Cela n'interdira pas non plus aux psychologues de s'interroger sur l'impact d'un échec sentimental sur la capacité d'action et de décision du président, du moins dans un premier temps. Mais cela relève d'une interprétation freudienne qui n'est point de notre ressort !

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

de la mata jeanpaul 06/11/2007 10:54

 Je crois le contraire,ma chère Denise ...

Le monde du travail adore que les responsables viennent sur le terrain et prennent leurs responsabilités ,et sur ce plan là,Sarko est à l'aise:"il adore faire son show"...

Ces grêves sont très mal perçues et Sarko en profite." Seuls" , une grande partie des intellectuels et  les gens qui ont des oeillères ne s'en sont pas aperçus.

Et cerise sur le gâteau ,les syndicats et syndicalistes en France roulent pour eux et se déshonorent depuis de nombreuses décennies dans les grandes entreprises et ailleurs. Ces gens-là n'inspirent que du dégout dans le monde du travail ,la preuve:" 8% de syndiqués chez nous ???

denise 26/10/2007 12:20

Je pense que c'est cet échec qui le rend encore plus agressif et je pense qu'il va traverser une mauvaise passe, comme tous les gens qui se séparent et ressentent un échec cuisant !! surtout que ce n'est pas le premier de sa vie !! Maintenant c'est peut être plus clair pour vous mais moi, personnellement, je pense que les difficultés vont commencer. Il est déjà un Président pas facile et ambitieux et prétentieux, croyant que ce qu'il propose est toujours le mieux pour tout le monde, mais là, je crois qu'avec les propos qu'il a tenu aux syndicalistes en grève, ne va pas arranger sa vie de Président . Voilà NABOLEON bien embêté !!

palloporo 24/10/2007 23:42

Effets et consequences politiques du divorce de M. le Président Sarkozy. M. Séguillon, pourquoi voulez-vous qu'il y aie des effets ou des conséquences politiques suite au divorce de M. le Président Sarkozy? Nous disons merci à M. le Président pour son franc-parler, même de sa vie privée, à contrario de ses prédécesseurs!, et bonne chance! Point. Il faudrait que la presse politique et ses journalistes s'impliquent plus dans des commentaires et analyses de faits politico-économiques et sociaux, que dans des "commérages café commerce". Gala, Voici ou Match pourront ainsi faire du papier à vendre pour tous ceux qui aiment le bla bla bla. Il faudrait tourner la page et se dire que la majorité des français ont élu un Président et non pas un couple (de Présidents ou Présidentiel). Quant aux psychologues, il vaudrait mieux qu'ils ne s'interrogent pas, le résultat pourrait être le contraire de celui espéré.

mekil 24/10/2007 09:08

Ahhh on va donc pouvoir l'attaquer pour l'appartement dont elle etait co proprietaire, et paye a moitie sur l'ile de la jatte par des entrepreneurs en contrepartie de terraisn a moitie prix!!

 

Ahh on va pouvoir l'entendre ouvertement sur la liberation des infirmieres bulgares en Lybie...Moi je suis content que cela soit finit alors.

Sans compter que certains au gouvernement vont craindre le remaniement de debut janvier prochain : Rachida Dati, Wauquiez, et j'en passe...

cricri de KIEV 23/10/2007 15:12

Merci a Paul et a Jeff et Lucie de leur reflexions parce qu alors le reste des reactions c est meme pas le cafe du commerce,c est meme pas zero , c est le vide intersideral .Je n en reviens pas.