CALENDRIER SOCIAL : LE RISQUE DE CAPILLARITE

Publié le par blog-pl-seguillon

 

     Des salariés qui reprennent le travail à Air France mais qui pourraient à nouveau débrayer puisque le conflit n’est pas dénoué. Des cheminots qui doivent décider demain s’ils laissent à nouveau les trains à quai. Des fonctionnaires qui promettent une journée d’action particulièrement dure le 20 novembre. Des magistrats en colère contre la réforme de la carte judiciaire et qui préparent un  grand mouvement national de grève le 29 novembre. Des salariés qui, d’une manière générale, déplorent l’érosion de leur pouvoir d’achat… Il n’est pas exclu que ces divers mouvements de grogne se conjuguent et se coagulent pour donner lieu à une épreuve de force avec le gouvernement.

 

     Question : Nicolas Sarkozy souhaite-t-il cette épreuve de force ou cherche-t-il à l’éviter ? Cette interrogation court les travées de l’Assemblée nationale aussi bien à la droite de l’hémicycle qu’à sa gauche.

 

     Certains élus, pour se convaincre de la seconde hypothèse, soulignent la manière dont le chef de l’Etat opère d’évidents reculs. Ils  rappellent  comment Nicolas Sarkozy a édulcoré   la réforme des universités pour ne pas s’aliéner les étudiants, comment  il a donné impromptu satisfaction aux  conducteurs de la SNCF quitte à prendre  le contre pied de Xavier Bertrand,  comment encore il a plié devant le mouvement des internes et a renoncé   à la suppression de certaines cours d’appel en dépit de ses engagements de campagne.

 

     D’autres, en revanche, expliquent que le chef de l’Etat veut cette épreuve de force afin de démontrer politiquement aux Français, à l’instar jadis de Margaret Thatcher, qu’il ne cède pas devant la rue à la différence de ses prédécesseurs et qu’il est disposé à casser pour longtemps toute capacité de contestation des organisations syndicales.   

 

     Les deux interprétations ne sont pas sans fondements. Toutes deux sont possibles. Mais le choix ne lui sera peut-être pas donné si se produit un véritable phénomène de capillarité entre les divers mouvements de mécontentement.

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mekil 06/11/2007 23:37

Pas besoin d'etre socialiste pour avoir un oeil critique Monsieur..Et quand on est fan on sait au moins ecrire le nom de son idole!!!

roussin patrice roger jean pierre 06/11/2007 17:59

il est hahurissant de voir comme une minorité de socialiste font de la destruction massive de la politique de nicolas sarkozi, c'est honteux. Le president sarkozi c'est donné 5 ans pour réussir ses objectifs., bon sang !!! laissons lui le temps de faire ses preuves. tous les costaux du ps qui ne font pas partie de la minorité agitative, attendent de voir la reussite du programme sakorzi. Il a reussit a faire en 6 mois ce que les socialistes au pouvoir n'ont pas ete capable de faire en 10 ans, alors arrete les debats ridicules des minorités socialiste et nefaste pour la france qui veut s'en sortir. c'est grace a sarkozi, que retraité depuis 2 ans, j'ai recrée une sté de batiment, afin de créer des emplois. car travailler plus pour gagner plus, j'y crois. Et le president sarkozi a eu raison de mettre son nouveau salaire au grand jour, et de mettre fin ainsi a 50 annees de caisse noire de l'elysée dans laquelle ce sont servit tous les chefs d'états successifs inclus mitterand qui s'est enrichi sur le dos des ouvriers que j'étais. no comment.

Mekil 05/11/2007 13:52

A vrai dire si les seules manifestations etaient pour la conservation de droits speciaux de meme pas 1% de la population...la oui il aurait pu aller jusqu'au clash..mais en effet le mecontentement touchant maintenant meme des salaries du prive comme Air France, et d'autres, souleve le fait qu'il ne pourra pas opposer dorenavant ceux arc boutes sur leurs acquis intolerable des autres qui ne voient toujours pas leur pouvoir d'achat augmenter.

PS : a savoir qu'en fait le pouvoir d'achat augmente..mais si les menages arretaient de craquer pour des abts teles, portables, internet, et autres ecrans plasmas..ils comprendraient mieux alors ou passe leur argent soi disant manquant pour s'acheter de la nourriture, ou se vehiculer!!

palloporo 04/11/2007 15:44

M. Séguillon, votre analyse résume assez bien une situation "novembrine" au climat politico-économique exécrable. Les grognes et mouvements, grands ou petits, de ceux-ci ou de ceux-là et de presque toujours les mêmes, apporteront encore un coup a l'économie dont le PIB nominal du FMI en subira les consequenses. Tout ceci dans une inconscience générale. Il est vrai que nous sommes dans le Pays des droits de l'Homme, le problème est de savoir de quel Homme s'agity-il! Mais M. le Président a des atouts dans ses mains et il faudrait bien qu'il s'en sert pour en limiter les dégâts.