N.Sarkozy: de l'action à l'activisme

Publié le par blog-pl-seguillon

Le risque qu’encourt Nicolas Sarkozy est de basculer de l’action dans l’activisme, de la mobilité dans la frénésie, de la proximité dans la banalité.

 

 

 

Le président a un mandat. Il le répète à l’envie : les Français l’ont élu pour agir. Il n’a pas tort. L’opinion ne veut plus d’un monarque qui ne serait qu’arbitre.

Le président a un tempérament : il l’incline à s’impliquer sur tous les dossiers. On ne changera pas sa nature. Elle fait sa popularité.

Le président a une conviction : à l’heure de la mondialisation un président se doit d’être à la fois mobile et porche des citoyens. C’est ce qui fait sa modernité.

     Seulement il semble qu’il soit en train aujourd’hui de perdre son point d’équilibre.

   A vouloir être partout et traiter de tout, il devient l’unique et seul recours. Il n’y plus de Premier ministre, plus de ministre des affaires étrangères, plus de ministre de la pêche plus de gouvernement. Plus d’amortisseur.  A s’exposer de la sorte tout retournement de situation peut lui devenir fatal.

   A prendre en charge tous les dossiers, il est condamné à être désormais appelé à résoudre tous les problèmes petits et grands. Demain ce sont les personnels naviguant qui le sommeront de venir à Orly, les magistrats qui l’obligeront à venir au secours de Rachida Dati ,  les étudiants qui le convoqueront dans leurs universités.

   A jouer la proximité de tous les conflits, il prend le risque un jour d’être bientôt pris à parti, malmené, hué comme un vulgaire quidam.

   Il y a du funambule chez Nicolas Sarkozy , le public applaudi sa prestation sur le fil mais il demande jours plus demain de se tenir sur un pied, après demain de faire le saut périlleux, jusques au moment.

L’artiste était dimanche au Tchad. Il a ramené de Ndjamena trois journalistes français et quatre hôtesses espagnoles. Le voilà condamné à y retourner très vite et à faire mieux et autrement plus difficile : sortir de leurs geôles les membres de l’arche de Zoé que les Tchadiens entendent juger dans leur pays, voire purger leurs peine dans les prisons tchadiennes !

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mekil 12/11/2007 14:27

En effet entendre des collegues vouloir partir à 60 ans maxi alors que leur esperance de vie sera de 90...on croit rêver...et puis le meme pouvoir d'achat aussi..attendez ailleurs ils travaillent jusqu'a 70 maintenant et j'espere faire de meme!!

Il faut par contre peut etre changer d'emploi..en prendre un moins physique pour certains, rentrer dans une ONG, faire de la formation, cumuler retraite et emploi partiel, bref innover et surtout reflechir..mais là on touche un autre probleme!!

jose 11/11/2007 11:53

A CLIO.

Je ne ferai aucune concession parce que vous etes  à la retraite cher Clio.  Mais votre expérience du monde du travail aurait du vous rendre plus réaliste aux manipulations de notre président  pour ralier les gens modeste à sa cause. L'ouvrier ; l'employé est -il si aveugle que cela ?

Les patrons que vous défendez si ardement préfèrent et préfereraient, employé une main d'oeuvre qui ne leur coute rien et de préférence sans papier (buffalo grill par exemple) mais heureusement pour nous qui  sommes employé qualifié nous pouvons défendrent nos droits.

Les patrons se plaignent tout le temps, un peu trop à mon gout. Rien de rien n'oblige un individu à devenir patron sinon la volonté de créer de l'emploi.

 Admettez que vos 600 euros ne suffisent pas et que grace à Mr Sarkozy votre tendre et cher, je crains que vous n'alliez un jour manger au resto du coeur.

Saviez vous que outre atlantique les retraités qui n'ont pas suffisamment cotisé, travaillent.

clio 09/11/2007 13:42

A JOSE

JOSE  je suis trés contrente d'avoir un président dynamique.Je pense qu'il est le seul à pouvoir remonter la FRANCE  de la débagle des socialos.Je ne suis pas millionnaire,loin de là ,j'ai 600€ de retraite par mois,et juste propriaitaire de ma maison.Mais j'ai quand même vôter Mr SARKOSY. Et si il n'y avait pas de patons il n'y aurait  pas d'ouvriers.Et personne  n'empéche  de ce mettre  patron mais il faut du courage,et ne pas compter ses heures .Mettez vous en rapport de commentaires avec bea (voir ses commentaies sur le pouvoir d'achat,avec charles)je pense que vous serez d'accord  tous les 2

Mekil 09/11/2007 11:17

Ahhh evelyne bien sur personne, meme les journalistes de peur d'attaquer ouvertemnt l'homme et non le fonction comme ils le font par habitude, n'ose faire des comparatifs entre ce President et les autres...celui - ci est inculte, dans pleins de domaines.

Deja l'ensemble de la Culture tremble d'avoir ce style de President (son discours en tant que candidat d'une heure devant des personnages culturel avec au bas mots une bonne vingtazine de fois cité le mot "marché", "économie" en dit long sur ses competences a ce sujet,mais  moi cela m'inquiete surtout pour le pays...un inculte on voit ce que cela donne aux USA depuis pas mal d'années, non?

Chirac, Miterrand etait des presidents ouverts d'esprit, des intellectuels, technocrates..a vrai dire impeccable pour notre payx et pour donner une vision d'avenir..celui qu'on a actuellement me fait peur car il ne sait pas se projeter..ou alors la prochaine fois qu'on elise Guainot ou Gueant directement mais pas leur soufiffre!!!

jose 08/11/2007 11:05

Très sincèrement nous sommes en parti responsable de cette agitation permanente de notre président.

 Lorsque j'entend " la France d'en bas" réclamé super sarko au moindre problème, franchement c'est ignoré la formidable campagne de manipulation auprès de la classe modeste uniquement pour etre élu . Il l'a manipule encore en allant de droite à gauche, de gauche à droite, de haut en bas, de bas en haut.

De belles illusions car Nicolas ne s'interesse qu'aux millionnaires meme milliardaireS (la soirée du Fouget's est criante de vérité). 

La France d'en bas? comme tout homme politique, Nicolas  l'a méprise. Aprés tout nous ne sommes pas du sérail et nous ne sommes pas tous des patrons. Pour ma part j'attend son déclin comme tout empereur, un jour.