35 heures: Cafouillage

Publié le par blog-pl-seguillon

Le pouvoir  paie très cher aujourd’hui, techniquement, économiquement, socialement et politiquement son manque d’audace au lendemain de l’élection présidentielle : son refus de clairement abroger les trente-cinq heures.

Au départ l’analyse était juste. Partagée par l’ensemble des économistes, qu’ils soient de droite comme de gauche. L’économie française  manque de compétitivité. La raison en est notamment le faible volume d’heures travaillées du fait du carcan des trente-cinq heures. Le seul moyen de remuscler l’économie et donc de dégager des marges de pouvoir d’achat est d’augmenter le volume de travail.

Or, par crainte des résistances syndicales, par peur de bousculer les habitudes prises par les Français, par souci également de ménager des entreprises qui sortaient à peine de difficiles négociations pour la mise en œuvre de la réduction du temps de travail, Nicolas Sarkozy , à l’instar de son  prédécesseur pour qui on ne devait pas toucher à un acquis social, a préféré détricoter les trente-cinq heures progressivement, subrepticement plutôt que les abroger.

 

Quel est le résultat aujourd’hui ?

 

Techniquement : la juxtaposition de deux dispositifs complexes qui se chevauchent et se concurrencent.

 

La loi Tepa qui  ( loi du 21 août sur le travail l’emploi et le pouvoir d’achat ) permet d’exempter de cotisations sociales et d’impôts les heures travaillées au delà des trente cinq heures. Mais le dispositif a été à ce point encadré pour éviter de faire passer déguiser en heures supplémentaires primes ou augmentation de salaires que les entreprises répugnent à l’appliquer.

 

Un nouveau  projet de loi sur les RTT débattue à l’assemblée qui devrait autoriser l’employeur à racheter dix jours de RTT exonérées de cotisations sociales mais assujettis à l’impôt.

 

Socialement

 

 

Les heures supplémentaires dépendant de l’activité de l’entreprise et le rachat des RTT de ses moyens,  ces mesures concerneront une part relativement réduite des salariés.

 

Economiquement

 

 

Leur efficacité pour l’économie n’est pas ou pas encore démontré. En revanche, elles vont coûter très cher – 4 à 5 milliards d’euros, à un Etat qui compensera le manque à percevoir de la sécurité sociale tout en continuant néanmoins à financer les allègements de charges destinés à financer les trente-cinq heures, quelques trente milliards d’euros.

 

Politiquement

 

 

Elle donne à l’opposition motif à dénoncer une remise en cause rampante des trente-cinq heures. Elle ébranle une majorité qui regrette la prudence présidentielle et qui multiplie déclarations et  amendements dans un beau désordre. Elle donne le tournis à l’opinion qui a les plus grand mal à comprendre cet empilement d’usines à gaz !

 

Au bilan :

Un empilement législatif à l’efficacité économique aléatoire et aux effets sociaux limités puisqu’en sont exclus travailleurs précaires, salariés à temps partiels, rmiste ou chômeurs.

Un coût exorbitant pour l’Etat déjà exsangue, donc pour les contribuables.

Un Exécutif pris en tenaille entre une opposition qui lui reproche de défaire clandestinement les trente-cinq heures et une majorité qui lui fait grief de ne pas les avoir clairement abrogées.

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

olivier 03/01/2008 17:07

Parfaitement d'accord sur l'absolue nécessité de garder une certaine diversité de compétences. Toutefois le francais le plus défavorisé peut il concurrencer un bengladi ou un indien ??? A 30€ le smic mensuel rein à faire... La seule solution est d'augmenter notre potentiel de compétence. Cela ne signifie pas forcément rester plus longtemps à l'école... D'ailleurs aujourd'hui certains plombiers gagnent plus qu'un médecin ou qu'un avocat ...

Dans ce cadre seule la gestion des compétences et l'utilisation de nos ressources pour garder à distance les pays émergents nous permettra de réussir... cela inclut une grosse politique de recherche et d'innovation y compris sur des terrains intouchables pour ces pays (Haute-technicité).

Pour ce qui est de gagner plus je ne suis pas choqué par les salaires des élus ... pour peu que leur compétence le justifie... et malheureusement force est de constater que ce n'est pas toujours le cas...

Enfin pour les RTT, c'est une vaste blague.... inapplicable et destiné par détour à en finir progressivement avec les 35H...

Encore une fois le manque de courage se paye cher... M. SARKOSY est convaincu que les 35 H sont une plaie... je ne sais pas s'il a raison mais au moins qu'il en assume les conséquences à y apporter... PLUS DE 35H un point c'est tout....

Bref encore du boulot pour arriver à réformer...  

RAVEL 03/01/2008 07:53

Le "travailler plus pour gagner plus" dépends largement (pour ce qui est du volant des heures supplémentaires possibles) de l'augmentation de l'activité économique. Or celle ci sera en 2008 moins forte enciore qu'en 2007 (année assez atone !) D'autre part si les entreprises ont assez de liquidités afin de racherter RTT et distribuer une prime, le salarié sera un peu satisfait, mais cela aura un effet à court terme (la prime est valable qu'une fois, et les RTT rachetés une fois racheté... il n'y en a plus...). Ce système en fait ne permet pas de faire travailller ceux qui sont actuellement sans emploi ou avec un emploi précaire. Dans les plans sociaux (ADP par exemple) il est toujours privilégié le départ anticipé des plus de 55 ans...

D'autre part notre décicit commercial grandit de plus en plus...Forcement, nous ne produisons quasiment plus rien ici, il faut donc importer tout d'asie, La relocalisation en France de certaines production permettrait de stopper ce déficit.

Encore une chose, la fuite éperdue vers le low cost ne fera que faire baisser le prix soit, mais aussi les salaires...Inévitablement  Si tous, en commençant par ceux qui ont les moyens de payer le prix que les choses coutent, commencaient par comprendre que les choses qu'ils achent un un prix, on en serait pas là : faire fabriquer dans on ne sait quelle condition des produits avec des salaires 8 à 10 fois moins qu'en europe de l'ouest.  Après on peut rouspeter et gendre qu'il n'y a plus d'argent en France, mais de ce côté nos élites sont responsables...

Quand à l'économie de l'intelligence Heureux souhait, mais on ne fera jamais d'une personne sortis du système scolaire à 14 ou 15 ans un ingénieur !

Il faut une gamme variée et diverse de types d'emploies afin que la marché du travail puisse absorber toutes les formes de compétances existantes sur notre sol.

jose 25/12/2007 11:53

Bonjour David Copperfield, euh ! excusez moi je voulais dire Nicolas Sarkozy. Comment avez vous l'intention de me régler ces RTT?

L'état n'a plus d'argent dans ses caisses, voyons vous vous etes bien augmenté non? Et puis vous devriez inciter les entreprises à rester sur le sol Français plutot que leurs permettrent de se rendre en chine pour cette main-d'oeuvre moins chére et qui n'excelle pas dans la qualité de fabrication.

Vous pourriez inciter le citoyen sans emploi à travailler mais pour cela il faut des employeurs qui paient mieux que le smic.

Une autre suggestion, vous pourriez remplir les caisses en signant des contrats avec le nouvel eldorado, l'Afrique noir ? seulement voila, il semblerait que nos amis africains ne sont que de piètres payeurs.

Et si on réduisait le salaire de nos ministres et  ce train de vie exorbitant ? C'est un bon début pour "re" remplir les caisses non?

evelyne44 20/12/2007 16:37

A Olivier et Claude.

 

Merci pour vos commentaires riches et très éclairants ! Ca fait plaisir de voir que notre blog faavori retourne sur le bon chemin ! Beaucoup ont voté pour ce gouvernement, pensant qu'il saurait mettre en place une politique qui permette aux entreprises de rebondir. Les premières mesures sont tout de même décevantes. La réforme de la fiscalité profite plus au capital rentier qu'au capital actif, les PME sont grandement laissées pour compte en dépit des bellse paroles du discous de Lyon, alors que nos voisins Italiens ont su rebondir grâce à leurs PME dopées par une fiscalité très avantageuse. De plus, si on veut réconcilier les Français avec l'entreprise (parce que c'est avec l'entreprise qu'il faut les réconciler, pas avec l'argent parce que je n'ai jamais vu moi personne qui déteste l'argent !  ),c 'est bien par les PME qu'on peut faire comprendre le rôle fondamental de l'entreprise dans la vie sociale.  Et puis, subsiste  le problème endémique français du labytinthe adminsitratif au fonctionnement sybillin même pour les meilleures volontés !

Ce qui m'inquiète c'est le retard que nous avons pris et le peu de marge que nous avons du fait d'avoir laissé filer encore un peu plus la dette. Il faudrait vraiment maintenant que le peu de ressources que nous avons ne soient pas dispersées tous azimuts inutilement.

Bea 20/12/2007 14:02

L'attitude de Bolufer, grand donneur de leçon  devant l'éternel sur ceux qui "profitent" des HLM, est-ce de la schizophrenie, ou simplement de la mauvaise foi?

On a "bolufer"  comprendre, mais il copntinue a démentir le bougre !! .... Allez hop, du balai mon gars ! Viré et que ca saute! Bolufer a été non seulement vité de son poste, mais aussi de son appart! Il va peut etre enfin mieux comprendre les malheurs de ceux qui cherchent du bouleau et un logement!

Le canard, est un grand journal, peut-etre le seul en France a avoir du talent!  Les autres ne font que suivre. Allez, Mr Seguillon, on attend avec impatience de votre part un tel courage! A quand une annonce de ce style  sur votre blog? Je suis sure que vous apprenez  bcp de chose en coulisse, mais n'osez pas nous le dire, ou attendez que le canard le fasse. Allez, Mr Seguillon, montrez nous donc que vous etes reellement independant vis a vis de vos patrons UMPeistes, comme vous l'affirmez si haut et fort! On en serait je pense tous ravis! Et oui, je nai toujours pas digéré l'affaire Mr Solly., ex directeur de campagne et boss actuel de Tf1... je trouve cela honteux, scandaleux!