Trichet n’est pas tricard !

Publié le par blog-pl-seguillon

 

Pauvre Jean-Claude Trichet  ! Cela fait des mois que les responsables politiques de droite comme de gauche tiennent le gouverneur de Banque Centrale Européenne  responsable des difficultés que connaît l’économie française. La chose n’est d’ailleurs pas nouvelle. Déjà, au début de  1995, alors qu’il n’était que gouverneur de la Banque de France, il avait été pris pour cible par Jacques Chirac , candidat à la présidence de la République au nom de la fracture sociale !  

Le reproche qui lui est fait aujourd’hui est double.

Il est fait d’abord grief au gouverneur de la BCE de ne pas baisser les taux directeurs, autrement dit de ne pas baisser le loyer de l’argent. On lui reproche, en second lieu, de se prendre pour le ministre de l’économie européenne de telle sorte que c’est la BCE qui fait la politique économique de l’Union et non pas, en dépit des apparences, l’Eurogoupe et l’Ecofin. A y regarder de près, on se demande pourtant si le personnel politique français ne devrait pas, bien au contraire, demander le béatification de Jean-Claude Trichet  !

 Si n’avait pas agi comme il l’a fait depuis des mois, l’inflation serait sans doute en France de quelque 6 ou 7%. Or, chacun sait qu’une inflation forte pénalise les plus démunis. De même, ne serait l’euro et sa vigoureuse défense par le gouverneur de la Banque centrale, la France aurait sans doute connu deux ou trois dévaluation depuis 2002 ! Ajoutons que la célérité avec laquelle la BCE a injecté des liquidités dans le circuit bancaire infecté par la crise des subprime, – célérité que n’aurait jamais pu décréter et observer un gouvernement économique des 27, a permis d’éviter jusqu’à nouvel ordre un cataclysme  financier aux retombées incalculables sur l’économie.

 

Plutôt que d’en faire le bouc émissaire de leurs impuissances ou du moins de leur lenteur à réformer, les politiques français feraient mieux d’allumer un cierge au bien heureux Jean-Claude Trichet.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

kader 21/12/2007 21:18

Il faudrait plutôt le nommer Super Trichet.Lors de l'audition de ce dernier par la commission Attali celui ci a demandé au gouvernement français de réformer rapidement la fonction publique, d'ajouter plus de flexibilité dans le marché du travail (réference certaine à la flexisécurité),et de respecter le max de 3% du PIB de déficit public pour ne pas, entre autres ,aggraver la dette publique .Vive les réformes structurelles!

jpb 21/12/2007 19:10

Pas un cierge, deux. Une monnaie stable, c'est bien. Avoir une politique économique qui fasse de la création d'emploi à partir de nouvelles entreprises innovantes basées sur le capital risque , c'est mieux. Mais les politiques français sont grandement frileux sur le sujet. Au PS cela a commencé à bouger, le marché n'est plus tabou, la création de richesse non plus, « capital-risque » est encore un gros mot tabou. Essayez de le faire prononcer par vos invités histoire de débloquer la situation. Merci par avance.