Les calculs de Maurice Leroy

Publié le par blog-pl-seguillon

 

 

 

 

 

 

Le député « nouveau centre » Maurice  Leroy , jadis proche de François Bayrou et qui a quitté l’ancien candidat centriste à la présidence de la République pour rejoindre les rangs de la majorité  sarkozienne,  estime que son ex ami bénéficiera en 2012 d’un pactole de quinze millions d’euros pour mener une nouvelle campagne présidentielle. Il explique en effet qu’au regard du nombre de candidats du Modem ayant obtenu plus de 8% des suffrages aux dernières élections législatives, le parti de François Bayrou peut compter sur un financement en provenance de l'Etat de quelques cinq millions d’euros annuels. Il suffit qu’il en économise trois chaque année pour se retrouver dans cinq ans quasi au plafond toléré pour une campagne présidentielle !  

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

olivier 30/01/2008 09:21

Claude,

Même si bien sûr je ne m'accorde pas avec vos propos sur le soit disant Hold up du Modem et de FB en particulier. Je connais aussi des gens autour de moi (moi y compris) auquel il a redonné le gout de la vie politique (y compris des grands libéraux...).

Mais je loue votre cohérence dans vos propos. Bonne journée

Claude 29/01/2008 18:49

Merci Olivier pour la leçon de clairvoyance mais je suis assez bien nanti de ce côté là.

Le hasard fait que je suis également expert-comptable de formation (c'est vrai, vu mon âge, de la vieille école, celle des préliminaires et du terrible final). J'ai donc, comme vous, par nature, le sens pratique et du goût pour l'économie.

Comme je suis également ingénieur en informatique d'entreprise(plus du tiers des cabinets comptables français ont travaillé un jour avec mes logiciels même après que je me retire) et à ce titre je suis rationnel également. D'abord "employé aux écritures" j'ai été, mes études terminées un jeune cadre du privé puis créateur et dirigeant d'entreprises informatiques (7). Je suis donc raisonnablement libéral (tout le monde est capitaliste, même Besancenot mais il ne le sait pas). En forme de préretraite j'ai aussi été fonctionnaire (professeur certifié de l'EN) ce qui me permet lorsque je parle de la fonction publique de parler de choses vues de l'intérieur avec un regard de libéral (des 2 yeux bien sûr). 

Vous comprenez  donc que j'ai moins de préjugés que si je n'avais qu'une seule expérience et une vision assez large qui me permet, quelque soit le nombre d'yeux que je j'utilise, de bien voir la droite et la gauche (où je vois mon ancien Président de l'UDF, votre cher Bayrou). Mais je vois bien aussi le centre où je me plais bien en compagnie de gens à l'intelligence féconde même s'ils sont actuellement un peu orphelins après le hold-up sur leur nom entrepris par leur ancien président. Je vous invite d'ailleurs à rejoindre l'un de nos clubs comme par exemple "Société en mouvement". Il y en a partout. Et c'est pour ces raisons là, entre autres, que je ne m'accommode pas du Modem. Je crois qu'il faut être jeune pour parier sur quelqu'un qui a déjà trahi et qui trahira sans doute encore. Lui, qui a un sens particulier de la sémantique, prétend que les traitres sont tous ceux qu'il a quitté pour aller chasser sur les terres de gauche en faisant croire aux naïfs et aux idéalistes qu'il jetait un pont impossible entre deux visions diamétralement opposées de la vie économique et politique)

Bien entendu je pense comme d'autres que FB n'a aucune raison de mieux réussir une bonne politique de l'enseignement que quand il était Ministre de l'EN où il a été l'homme du consensus en ne faisant rien (sauf reculer quand avancer l'exposait trop). C'est un des rares domaines où il a annoncé un vrai programme mais sans grandes ambitions au plan des moyens.

J'aime l'enthousiasme des jeunes aussi ce n'est pas pour réfréner le votre que je vous informe que je connais un très grand nombre de personnes qui ont voté Bayrou tellement peu en connaissance de cause qu'elles n'ont pas donné suite aux législatives et qui ne revoteront sans doute plus jamais pour lui (sauf ceux qui voteront pour une liste de gauche sans forcément savoir qu'elle comporte un candidat du Modem). Les sondages confirment mon observation.

Bonsoir,Salutations,Claude

olivier 29/01/2008 14:10

Un jeune (presque) cadre du secteur privé et qui est généralement assez dur avec la fonction publique et l'éducation nationale vous fait savoir qu'en ne regardant qu'avec un seul de vos deux yeux à la fois, vous ne pourrez voir que votre droite ou votre gauche. ..

Regardez donc avec vos deux yeux ouverts ...

Je me sens en pleine phase avec cette idée qu'en politique comme dans la vie de tous les jours, on réussit très bien en s'adaptant aux aléas sur la base de valeurs et de convictions profondes. Que cela rende la vie politique moins stéréotypée et vous pose problème, tant pis  mais personnellement je ne cherche pas à savoir quelles solutions vont être mises en place mais plutôt sur quelles valeurs les problèmes vont être traités.

D'ailleurs comment connaître les problèmes (au moment du vote par ex) qui seront soumis au gouvernement dans trois mois. Certes il y a des travaux sur le long terme et ceux-ci ont été traités par FB pendant sa campagne (sur le pb de l'éducation notamment) mais pour le reste, on vote pour des valeurs et celles de notre président ne me sont pas chères.

Comme Expert-comptable, je suis par nature capitaliste, mais par nature également rationnel et de ce point de vue là, je m'accorde très bien avec le Modem et la direction prise par FB.

Quelques apparitions bien senties et toujours un travail de fond très important. De plus et pour clore Claude, je vous dirai que ceux qui ont voté aux législatives pour le Modem, l'ont fait en toute conscience compte tenu de la position très inconfortable qu'avait choisie de tenir FB durant la présidentielle...

Oubliez le bleu contre le rouge et soyez pragmatique...

Cdt

Claude 29/01/2008 10:17

Bonjour,

Un petit lapsus de clavier : le Georges du titre n'est pas le Maurice dont vous parlez.

Maurice Leroy a raison et les partisans de Bayrou, il y en a pas mal dans l'Education Nationale,  diront qu'il a tort. C'est bien normal. Le Modem engrange les résultats financiers qui ne sont pas les siens. François Bayrou, pour lequel j'ai voté en 2002 alors qu'il nous faisait encore croire qu'il était de centre droit, a capitalisé un bonus électoral de centriste. Maintenant qu'il annonce clairement qu'une alliance avec la gauche est plus probable à Paris qu'une alliance avec la droite il va définitivement perdre tous les soutiens d'inconditionnels de l'UDF qui lui restaient. Mais les subsides de l'Etat vont lui rester sur la base de ses anciens engagements et de ses derniers résultats.

Contrairement à Evelyne je ne pense pas que Bayrou représente un courant d'idées novateur. Ou alors ça se saurait. Ce qui est nouveau pour lui, c'est d'adopter officiellement une bonne partie des idées de la gauche socialiste alors qu'il nous a fait croire qu'il était centriste de droite. Par pudeur il prétend encore à un soupçon de libéralisme qu'il explique très mal et qui est contradictoire avec son adhésion à une politique de gauche. Ne se positionne t'il pas déjà comme le vassal de Delanoë aux côtés des Verts à Paris ?

Grâce à ce financement, Bayrou représentera effectivement une alternative électorale à Sarkozy ou au poulain de Sarkozy si celui ne se représente pas. Mais il ne représentera jamais une alternative de gouvernement. S'il était élu, il serait prisonnier de ses électeurs de gauche (j'allais écrire gauche modérée mais, même par rapport à Besancenot, est on modéré quand on est P. Moscovici ou H. Emmanuelli ?). Il croit transformer une victoire à la Présidentielle en victoire aux législatives qui suivront. Mais cette victoire est impossible sans un parti solide derrière lui et les millions de l'Etat ne font pas les milliers de candidats députés crédibles et expérimentés qu'il faut pour gagner. Il lui reste le pari que les députés de droite et de gauche se rallieront à lui par intérêt électoral en trahissant leurs électeurs comme il leur a si bien montré que c'était possible. Mais tous ne sont pas des lâches et les électeurs centristes ne sont pas tous béats devant lui et savent qu'il vaut mieux à la tête de l'Etat un pragmatique réaliste plutôt qu'un théoricien littéraire. Pour ma part, si c'était la seule alternative que j'avais, je préfèrerai voter pour S. Royal, pas beaucoup plus douée que lui mais probablement plus loyale.

Je vous fais le pari que d'ici 2012, même dans les salles de profs on parlera beaucoup moins de lui.

evelyne44 28/01/2008 20:29

Il ferait mieux de chercher des idées et des militants pour son nouveau centre plutôt que d'épier la comptabilité du MoDem parce que ce nouveau centre semble un vrai flop dans le vie politique française : inexistant du point de vue idéologique, sans visibilité et inféodé à l'UMP. Heureusement que Bayrou pourra faire campagne en 2012, il représente un courant d'idées novateur qui est en train de conduire à une recomposition politique opposant un pôle réformiste-démocrate à  un pôle conservateur et il oblige le PS à bouger des pions qu'il n'aurait jamais bougé tout seul (cf. ce qui se passe à Paris, Dijon Grenoble...) . D'ailleurs,  beaucoup, même de ceux qui détestent Bayrou aujourd'hui,  seront bien contents en 2012 de trouver une alternative à Sarkozy qui ne soit pas un gouvernement avec Besancenot à l'économie et Autain au budget... car bien qu'ils soient très sympathiques tous les deux, je ne me sentirais pas très tranquille de les savoir aux commandes.