François Bayrou invité du Grand Jury

Publié le par blog-pl-seguillon

 

 

    Le Modem existe. François Bayrou est convaincu que les prochaines élections municipales le démontreront ! Et il vrai que les sondages accordent aujourd’hui quelque 8 à 9% d’intentions de vote pour les candidats du parti centriste.

    L’ancien candidat à la présidence de la République a pourtant été abandonné par la grande majorité des élus de ce qui fut l’UDF et sa route demeure à la fois difficile et solitaire. Lui-même, candidat à Pau contre un maire socialiste sortant soutenu par l’actuelle majorité, attend son heure. Et cette heure est la présidentielle 2012. Le député Béarnais croit à une révolution orange ! Il est convaincu, à tort ou à raison, que les Français seront alors profondément déçus par Nicolas Sarkozy et que, toujours divisés, les socialistes seront dans l’incapacité d’incarner une alternative.

    Comment conçoit-il cette stratégie déjà présidentielle ? Quel jugement porte-t-il sur les premiers mois de présidence Sarkozy. Comment voit-il l’avenir de la gauche socialiste ? Quelles seraient aujourd’hui ses propositions pour sortir le pays des difficultés économiques et sociales qu’il traverse ? Quelle lecture propose-t-il de municipales dans lesquelles ses troupes adoptent des stratégies différentes et des choisissent des alliances à géométrie variable selon les villes ?

 

   P.S. Vos questions sont évidement les bienvenues. Dernièrement, un bloger me reprochait de n’en pas tenir compte. Ce n’est pas exact ! Je les prends en compte même si, bien sûr, je ne les formule pas nécessairement dans mêmes termes. J’ajoute qu’au cours d’une émission, fut-elle de près d’une heure, on ne parvient pas toujours à poser toutes les questions qu’on aurait aimé adresser à l’invité .

Publié dans blogpls

Commenter cet article

VIRGULE 09/02/2008 17:40



Clin d'œil à E.T@ pour sa " soupe aux choux " entre extra-terrestres !

 

Lettre à UMPS :

En relativisant, l'impact de la politique nationale sur les municipales et à cause des enjeux locaux, vous éviterez peut-être, Waterloo électoral. Si vous sauvez les meubles, ne croyez pas pour autant, que les résultats seront significatifs d'une approbation du peuple.

 

Vous êtes persuadés que la seule issue pour les générations à venir, c'est l'Europe, qu'elle est un gage de paix, il n'en est rien ! Bien au contraire. Les fondements de l'Europe, reposent sur le Marché Commun, ce n'est pas une révélation. Si l'on remonte dans l'histoire, aucune association de marchands n'a réussi à créer une nation, une patrie. Comment des apatrides par essence pourraient former une nation ? Bien au contraire, la plupart du temps, ils la divisent à cause de leurs commerces. Ce n'est pas parce que notre hymne national est la Marseillaise, qu'il faut prendre cette ville en exemple. Elle est précisément l'exemple à ne pas suivre. C'est elle, qui pour des raisons purement commerciales, n'arrivant pas (en résumé) à pénétrer le marché " Gaulois " a ouvert ses portes aux Romains pour envahir la Gaule.

 

Je crois que vos carences en histoire, sont plus importantes qu'en droit ! On n'a jamais régi une nation uniquement avec des lois, des principes, une dogmatique. Vous ne pouvez pas entraîner derrière vous un peuple, en allant contre sa volonté ! C'est précisément ce que vous venez de faire avec le traité de Lisbonne. La démocratie c'est respecter la volonté du peuple ! Nous ne sommes plus depuis longtemps une monarchie. Vous pensez que l'intérêt des peuples et des générations montantes se ferra, pour la paix ; l'union faisant la force, est par le biais de l'Europe. Vous pensez également que vous allez remplacer un patriotisme archaïque, les vieux disparaissant ; par un patriotisme Européen. C'est une erreur magistrale. On ne peut pas marier des gens sans leurs consentements. Il existe bien sûr ce l'on appelle les mariages d'intérêts, malheureusement, là encore, vous êtes dans l'erreur.

Les raisons sont multiples ! La première, c'est le temps ! Les intérêts divergents, les situations géographiques, les cultures, les religions, pour ne citer que les principales. Cette Europe politique, ne fonctionnait pas à 12, vous n'avez pour l'instant que multiplier les problèmes par 27 !

Vous avez enseigné depuis des décennies à nos enfants le culte de l'argent, celui-ci devenant le symbole de la réussite. Vous voudriez aujourd'hui leur faire partager la pauvreté ! C'est contradictoire ! Les Allemands, ne sont pas décidés à partager avec nous les 200 milliards de bénéfices de leurs commerces extérieurs ! Ils les utiliseront pour dynamiser d'avantage leurs industries, leurs universités, leurs recherches. Quel pays dans cette association acceptera de partager ses bénéfices, aucun.

Pour simplifier le problème, et les hommes le savaient il y a 2 000 ans, l'égalité n'existe pas, c'est plus qu'un idéal, c'est une fiction ! Vous donnez mille euros à trois personnes ! En leurs disant " celui qui me ramènera davantage que le montant du prêt, je lui donne 10 % de la somme " Le premier ne pourra pas vous rembourser, le second, assez malin vous rapportera mille et un euros pour récupérer les 10 %, le troisième le plus intelligent faisant fructifier votre argent, vous rapportera mille et un euros, aura fait 30 % de bénéfice et empochera les 10 % que vous lui devez. C'est vous qui aurait fait un marché de dupe.

 

Il est trop tard pour construire votre machin, surtout avec vos Droits de l'homme en bandoulière, vous êtes loin d'être des dieux, pas même des demi-dieux. Ce monde est un monde de prédation, la faune, la flore, toutes les chaînes alimentaires repose sur ce principe et ce n'est pas vous qui allez le modifier.

 

LES CHEMINS DE L'ENFER SONT PAVÉS DES BONNES INTENTIONS QUI N'ONT PAS ÉTAIENT TENUES, ILS SONT DEVENUS DES AVENUES DE PERDITIONS, CAR ON N'EN VOIE PAS LES BORDS.

jobin 08/02/2008 19:19

Bayrou , un homme qui ne voit la politique que pour son AMBITION PERSONNELLE . c'est écoeurant , ça donne la nausée , Il a tout sacrifié pour cela  . Imaginons s'il avait été Président , pauvre France ...

Claude 08/02/2008 17:20

Olivier,

Votre partialité vous fait mal me lire.

Je n'ai jamais dit que FB utilisait les mêmes arguments que Le Pen. Il utilise les mêmes mécanismes. Son art consommé de ne rien dire mais de le dire avec colère pour transformer l'inquiétude ou le scepticisme de ceux qui l'écoutent en une colère collective qu'il fait monter comme une bronca, en fait un populiste. La seule fois où on a cru que FB était un extrémiste c'est quand il nous a fait croire, à l'UDF, qu'il était d'extrème centre. Si nous ne l'avions pas cru, sans doute que je le jugerai avec moins de sévérité.

Vous pouvez ne pas être d'accord je ne vous agresserai pas pour ça.

Et si dire que FB est un populiste est une insulte pour les quelques électeurs du Modem, comment les électeurs de Sarkozy réagissent ils aux incessantes agressions de Bayrou à l'égard de celui dont il est jaloux depuis longtemps et dont il a dit jusqu'à des horreurs ?

Si la comparaison avec Le Pen vous peine, comparons le plutôt à Besancenot qui utilise les mêmes ressorts mais, après,  ne me faites pas dire que j'ai dit que FB était trotskiste.

Chacun a sa vérité et vous semblez plus sûr de la votre que de la mienne. C'est logique et je ne vous en veux pas.

Bonne journée, meilleure humeur,Salut,Claude

olivier 08/02/2008 08:19

Claude,

Si parfois certains de vos commentaires avec lesquels je n'étais pas forcément d'accord, bien que vous invoquiez une expertise économique, étaient tout de même constructifs, je trouve que votre colère contre FB est tout à fait disproportionnée et vous rend pour le moins sectaire. Adosser FB à JM LE PEN, c'est aussi insulter des millions d'électeurs qui croient ou qui se sont rapprochés à un moment du Modem et de FB.

Ne vous prenez pas pour le détenteur d'une vérité qui vous échappe car même en mobilisant  80 années d'expérience, vous ne connaîtriez encore qu'une nano partie de la vie des hommes. Restez humble cela vous permettra des critiques plus constructives.

A bon entendeur

Claude 07/02/2008 15:32

Chère Béa,

Comme j'ai un sens de l'humour développé même s'il m'est propre , n'étant ni bête ni méchant et aimant les gens en général je suis naturellement épanoui très indépendamment de la politique qui, si elle me passionne (surtout parce qu'elle est le corolaire de l'économie), n'a qu'une influence très minime sur mon épanouissement. N'ayant cependant pas d'a priori je suis certains que tous les gens qui n'ont pas mon sens de l'humour et ne sont pas épanouis ne sont ni nécessairement bêtes ni nécessairement méchants ni nécessairement misanthropes. Mais enfin, celui qui est tout ça a quand même plus de mal que les autres pour s'épanouir.

Centriste (plutôt Nouveau centre puisqu'il n'y a plus d'UDF) et n'ayant pas d'alternative de gouvernement plausible actuellement je trouve une partie de mon bonheur politique dans le programme annoncé de N. Sarkozy. Le sens du compromis m'aide à accepter ce qui me plait moins que le reste surtout que je n'ai pas de choix ailleurs. Pour la partie strictement économique comme il est évident que ces prédécesseurs ne lui ont pas laissé le choix, je n'ai pas d'autre solution à lui proposer.

Il se trouve que sans aimer passionnément le travail je n'ai jamais rechigné à travailler et que j'ai ainsi participé à la production de richesses largement plus importantes que celles que moi et les miens consommeront dans toute notre vie. J'ai donc donné au pot de la redistribution comme disent les économistes. Cela va sans doute dans le sens de l'idée de Sarkozy qui voudrait qu'il faille travailler une bonne dose quand on veut gagner une bonne dose. Je suis aussi assez de son avis quand il pense que les loisirs sont un bien consommable et non un moteur de l'économie et qu'il est normal que pour avoir beaucoup de loisir il faut beaucoup travailler. Ceci nous oblige à observer un certain équilibre entre le travail et les loisirs. Il ne faut bien sûr pas oublier les blessés de la vie qui n'ont pas ce choix et qu'il faut bien aider par exemple en n'acceptant pas que les retraites les plus basses soient tellement basses qu'elles ne servent plus à rien (D° pour les handicapés). Tout le reste de sa politique me semble être le détail parfois complexe de la mise en oeuvre de ces deux principes que sont le travail et la générosité.

Bonne fin de journée et parfait épanouissement,Cordialement,Claude