Sarkozy sur Seine : fluctuat et mergitur

Publié le par blog-pl-seguillon

 

            Nicolas Sarkozy a une responsabilité évidente dans le maelström de Neuilly. C’est lui qui, à la fin de l’été 2007 a décidé que son collaborateur David Martinon était mieux à même de lui succéder à la tête de la mairie que son ancien adjoint Arnaud Teullé, local de l’étape. A l’automne 2007, en effet, le chef de l’ Etat a estimé que ce jeune énarque dont il avait fait jadis son conseiller diplomatique avant d’en faire, devenu président, le porte parole de l’Elysée avait la stature qui manquait à Arnaud Tollé pour diriger la municipalité de Neuilly –sur-Seine. Pour la petite histoire, David Martinon était à l’époque le protégé de Cécilia Sarkozy.      Le président a fait ce choix contre les militants UMP de Neuilly majoritairement hostiles à ce parachutage. Ce qui n’a pas empêché Nicolas Sarkozy , le jour où il est venu introniser son dauphin à la mairie, d’avoir ce mot aujourd’hui contredit par les fait : « Quelqu’un qui part sans préparer sa succession est quelqu’un qui n’est pas à la hauteur » !

            On peut évidemment se demander ce qu’est aujourd’hui l’attitude du chef de l’Etat.      Est-il encore à la manœuvre ?

            De deux choses l’une. Ou bien Nicolas Sarkozy est à l’initiative de l’opération de déstabilisation conduite sur le terrain par son ancien adjoint à la mairie, Arnaud Teullé, par le numéro deux de la liste de David Martinon Marie Cécile Ménart et… par Jean Sarkozy son fils.  C’est l’hypothèse la plus vraisemblable. Et elle n’est pas du meilleur effet.

Elle témoigne d’un certain affolement ; elle est une manière pour Nicolas Sarkozy de se déjuger ; A un parachutage raté succède une opération qui fleure le népotisme.  

Ou bien le chef de l’Etat n’est pas à la manœuvre. Ce qui demeure improbable. Cela signifierait qu’il a perdu tout contrôle sur ses troupes voire sur son propre fils Jean Sarkozy.

            Ce tumulte dans les Hauts de Seine est un symptôme parmi d’autres de l’inquiétude qui gagne la majorité à l’approche des municipales. A Paris le moral d’une majorité divisée est au plus bas. Il en va de même dans plusieurs grandes villes. La guerre picrocholine qui se livre à Neuilly est aussi un facteur de supplémentaire de trouble pour une majorité qui s’inquiète de la répercussion dans les urnes de la chute de popularité du président et qui va vivre le psychodrame  de Neuilly comme un nouveau coup dur à un mois des municipales.

 

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Bea 15/02/2008 11:17

Plus incoherent, orgeuilleux et ventard  que vous Claude, chapeau bas, je ne sais pas si cela existe...

Claude 14/02/2008 14:06

Béa,

Où allez vous chercher tout ça ? Ne généralisez pas, l'image que vous donnez n'est pas l'image que donnent les normaliens en général. Je n'ai rien contre l'ENS et j'ai même plusieurs raisons proches d'avoir de l'estime pour cette école prestigieuse. Et pour tout vous dire j'ai une particulière affection pour quelques mathématiciens que j'y ai pousssés et qui y ont commencé leur carrière. Dans une dizaine de jours, pour une petite fête, j'aurai chez moi quelques docteurs et quelques doctorants en mathématiques dont plusieurs sont normaliens. Tous sont des gens sérieux mais de gais lurons.

Ceux que je connais sont modestes sans fausse modestie et reconnaissants à l'Etat, donc à nous tous, de leur avoir permis de faire des études rémunérées dans les meilleures conditions possibles. Ils savent tous qu'ils ont été des privilégiés et, à différents niveaux (ils n'ont pas tous le même âge), ils font honneur à la recherche et à l'enseignement.

Tous ont apprécié le sérieux du concours d'accès et selon leurs talents certains l'ont trouvé d'un haut niveau, d'autres, difficile, voire très difficile et d'autres encore, plus besogneux, extrêmement difficile. Cependant tout le monde sait que ce n'est pas le classement au concours qui vaut aux récipiendaires leurs qualités humaines et professionnelles s'ils ne les avaient pas en eux avant le concours. Qui n'a jamais connu un major de promotion imbuvable ?

Tous mes proches n'ont pas la culture qui fait les futurs grands mathématiciens mais ceux qui me sont les plus proches l'ont et sans doute seront ils de grands mathématiciens. Et aussi, ils ont tous en commun la pondération et la justesse d'analyse qui siéent aux hautes fonctions qui les attendent à l'Université ou dans l'Industrie. Aucun de ceux que je connais n'est une caricature de prof de Vincennes comme j'en ai malheureusement connu il y a longtemps et avec lesquels il ne m'a jamais été possible de construire (n'en reste t'il pas quelques uns à St Denis ?).

Ne vous inquiétez pas pour mon intelligence. Je suis assez intelligent pour n'avoir ni vos a priori ni la vulgarité de certains de vos jugements. Méfiez vous, à ne pas aimer grand monde, un beau jour il n'y a plus personne pour vous aimer. Je vous ai dit un jour que je sentais poindre la grossièreté dans vos posts. C'était un doux euphémisme, elle galopait.

Claude

Charles 13/02/2008 23:16

Quand on lit certains commentaires, dont je ne citerai pas le nom de l'auteur (ou peut-être dit-on désormais "autrice"(sic!)), on mesure la déliquescence de l'Education Nationale. Il fut un temps, pas si lointain, où la vénérable institution de la rue d'ULM pouvait se vanter d'avoir révélé de grands esprits ou de belles plumes. Les temps changent et la rue d'Ulm décline...inexorablement. Les insultes à l'encontre de ses contradicteurs se marient très mal avec le pathos...

Bea 13/02/2008 19:29

Je viens juste de m'apercevoir de votre phrase Claude: "la faute de ce manque de moyens est souvent la leur."

Combien en France de personnes ont un travail peu payé penible car ils nont pas pu etudier car ils sont du aider jeune leurs parents souffrant a faire le travail?  La plupart des agriculteurs par exemple de la generation precedente. Combien doivent trouver un travail peu payé  pour vivre par leurs revenus? La plupart des etudiants, la plupart des anciens chomeurs.

Cest l'intelligence du coeur qui prime , et non pas les autres intelligences! Dommage cher claude que vous n'en ayez de toute evidence aucune (ni celle du coeur ni  les autres) ...

Vous devriez voter le Pen, vraiment.  Et ca se dit un prof , plutot d'un marchand de tapis vendant des logiciels..... C'etait quoi votre logiciel? windobe?

 

Bea 13/02/2008 19:03

""Supprimer la limite d'âge veut simplement dire que l'on n'obligera plus quelqu'un à prendre sa retraite s'il n'en a pas envie. Un agrégé de maths qui a des problèmes avec une notion si simple de limites c'est inquiétant. Il faut être bêtasse pour comprendre que l'on va obliger tout le monde à travailler sans limite. "

Mais enfin, un peu de calme, Claude, enfin, comme dirait Sarko: du calme et de la serenité! Je n'ai jamais dit cela, allons mon brave Claude, prenez un peu le plus temps de relire mon message..: ." certes cest un choix du salarié... mais quand on aura supprimé la secu et les retraites; il n'aura guere le choix...."

Cest qui le beta au fait?

Au fait saviez vous que Carla a fait une comparaison hautement philosophique entre l'article du nouvel obs sur le SMS ou Sarkozy pleurait le retiur de Cecilia, et les journaux en 42 denoncant les juifs; oula mais quelle intelligence, quelle subtilité! Quant a sa figure de style: "notre mariage a été immediat, mais pour nous , c'a été lent": ouha: alors la, ca merite le goncourt :))

Quant a son grand ami Christophe Barbier, le journaliste le plus impartial de France (heuh hrrrmmm), on commence tous a en avoir vraiment voir de le voir se pavaner sur toutes les chaines de la télé en ce moment. Cher PLS,  s'il vous plait, dites a votre confrere Barbier qu'il commence a etre "un peu" RASOIR...