sectes: l'absolution d'Emmanuelle Mignon

Publié le par blog-pl-seguillon

La question vaut d’être posée : la machine élyséenne s’est-elle détraquée ? Est-elle saisie d’un  fol emballement ou bien poursuit-elle une stratégie  mûrement  réfléchie ? Il ne se passe plus un jour en effet  sans que  le  président ou l’un de ses conseillers ne sorte de son chapeau une proposition ou fasse  une déclaration  qui mette  l’opinion en émoi et suscite la polémique …quitte, par la suite,  à  corriger le tir ou à se déjuger.

Voici donc qu’après que le chef de l’Etat a proposé que chaque élève de CM2 porte la mémoire d’un enfant juif mort en déportation, son directeur de cabinet affirme dans le magazine VSD « qu’en France les sectes sont un non problème ». Devant le tohubohu provoqué par cette déclaration, Emmanuelle Mignon se défend d’avoir jamais tenu pareille propos – ce que conteste la rédaction de VSD.  Elle convient néanmoins avoir affirmé que la lutte contre les sectes a longtemps permis de dissimuler les vrais problèmes  et justifie au passage la scientologie.

Etrange provocation pour tous ceux qui, depuis des années, dénoncent l’emprise psychologique et financière des sectes sur de malheureux esprits et luttent  contre leur prolifération. Est-ce le rôle d’un conseiller du président que d’ouvrir ce débat ? Et   pourquoi l’Elysée, alors que le chef de l’Etat peine dans les sondages,  prend-t-il le risque de donner à l’opinion un nouveau motif de  mécontentement ? Pire, au vu de la complaisance manifestée jadis  par Nicolas Sarkozy, quand il était ministre de l’Intérieur, à l’endroit de la Scientologie,  de faire naître le soupçon fou d’un quelconque lien  passé ou présent entre le chef de l’Etat et  l’organisation de John Hubbard.

Tout cela est incompréhensible à moins, à moins d’admettre que l’Elysée prépare les esprits par touches successives et tout en s’en défendant à une offensive calculée et planifiée contre la laïcité.

Plutôt que de sortir chaque jour de son chapeau un nouveau lapin ou de poursuivre sans cesse quelque nouvelle chimère, le chef de l’Etat serait mieux inspiré de se consacrer à l’essentiel : les formidables défis économiques qu'il va devoir relever et les réformes qu’il lui faudra faire au lendemain de municipales qui ne s’annoncent pas très glorieuses pour la majorité.

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

catherine 25/02/2008 13:53

Claude,

Une directrice de cabinet (si c'est bien la fonction de Mme Mignon) n'est pas assimilable de près ou de loin à une secrétaire, mais assure le suivi -politique-des dossiers, ce qui n'est pas le cas des chefs de cabinet...

Claude 24/02/2008 20:20

Bonjour,

Voilà un interview de Nathalie Lucas par Matthieu Durand qui remet bien les choses en place. A l'évidence, Matthieu Durand ne milite pas contre Sarkozy et ne cherche pas à faire dire à Nathalie Lucas ce qu'elle ne dit pas.

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/recherche/0,,3720931,00-sectes-politique-francaise-reformer-.html

Je suis surpris que la haine de quelques journalistes réussisse à créer des polémiques inutiles qui dépassent l'entendement ordinaire. Que Sarkozy ait, éventuellement, envie  de rééquilibrer les influences religieuses qui tombent progressivement en désuétude pour que l'Europe ne devienne pas une république islamique ne veut pas dire qu'il veut convertir qui que ce soit à quelque religion que ce soit. Je comprend que ceux qui veulent une prééminence islamique s'en offusquent même si Sarkozy n'a jamais rien dit à ce sujet. Je ne vois pas ce que les journalistes ont à y gagner.

Je rassure Evelyne (que ça ne rassurera peut être pas car ce n'est pas forcément ce qu'elle souhaite sincèrement), Sarkozy fait ce qu'il faut pour régler tous les problèmes qu'elle lui reproche de ne pas régler. Il a choisi la méthode qui consiste à produire plus en travaillant plus et à diminuer l'emprise de l'administration sur la richesse nationale. Il relance l’Europe sans laquelle rien n’est possible, il stimule l’acquisition de logements (donc la construction), il réforme l’Université, le dialogue social, les retraites, la justice, le rapport au travail des français, etc. Et ce n’est pas fini, il en a pour 4 ans encore. 

Pour diminuer la dette il va falloir limiter le nombre de fonctionnaires et rationnaliser leur travail et mieux les payer pour avoir les meilleurs (seul poste réellement compressible pour dégager des sommes significatives). Si cela ne leur plait pas, qu'ils arrêtent de demander à régler les problèmes pour lesquels il n'y a pas d'autres solution. S'ils pensent à une autre méthode, ils sont assez nombreux pour nous expliquer comment faire autrement. Qu'ils nous disent pas qu'il faut faire payer les riches. Ce sont eux les riches, ils touchent en moyenne 10 % de plus que les autres. En tout cas ils n'avaient pas à soutenir ceux qui nous ont mis là et en toute amitié je leur dit qu'ils sont "un peu naïfs" de croire que 25 ans de sottises se règlent en 8 mois. Pour le pouvoir d'achat, pas la peine de se la raconter, il n'augmentera pas tant que la quantité de travail n'aura pas durablement augmenté.

Quand aux journalistes qui vous titillent à longueur de journée (et certains ont une culture économique, même très théorique, qui leur évite de croire ce qu'ils vous racontent), demandez vous quel but ils poursuivent. Pendant 4 ans encore il n'y a pas d'autre solution et il vaut mieux que celles là marchent. Alors, rien que leur opiniâtreté à démolir le travail du gouvernement devrait vous mettre la puce à l'oreille. Ils ne vous veulent pas forcément que du bien. Ils souhaitent que tout échoue. Pourquoi ?

Bonne soirée,Cordialement,Claude

Patrick Joly 24/02/2008 11:13

C'est une dérive des journalistes au moins autant que de l'Elysée. il y a 3 mois les journalistes encensaient le pouvoir, maintenant ils descendent l'Elysée. Dans cette affaire, ils ont publié des propos privés, en les sortant de leur contexte : Oui les sectes sont dangereuses. Oui la scientologie n'est pas une religion sana danger. Mais les sectes ne sont pas dangereuses sur un très grand nombre de Français parce que, heureusement, elles sont très minoritaires. Que Emmanuelle Mignon ait le sentiment qu'on parle trop des sectes, c'est son avis et je ne partage pas. Mais dire, comme beaucoup de journalistes, que pour elle les sectes ne sont pas dangereuses et que la scientologie est une religion comme une autre ça s'appelle déformer ses propos et c'est contraire à la déontologie du journalisme.

Alceste 24/02/2008 10:46

Une excellente initiative, Evelyne. Je signe, évidemment.

geronimo 23/02/2008 23:27

article ignoble.