Manuel Valls, invité du Grand Jury RTL LCI Le Figaro

Publié le par blog-pl-seguillon

 

Elu maire d'Evry dans l'Essonne en mars 2001, puis député de la première circonscription de l'Essonne le 16 juin 2002, et réélu aux élections législatives de 2007 avec 60,12% des voix,   Manuel Vals  s’est  fait alors remarquer par ses appels à une  refondation du PS et à son  changement de nom. Il a reconnu avoir été sollicité par le président de la République  pour faire partie du gouvernement de François Fillon en juin 2007 au titre de "l'ouverture", proposition qu'il a refusée.

 

Manuel Valls a publié un ouvrage intitulé « La laïcité en face », dans lequel il défend une refonte en profondeur de la loi de 1905  sur la séparation de l'Église et de l'État.  A Evry où la mosquée côtoie la dernière cathédrale bâtie en France,  il est particulièrement bien placé pour mesurer l'urgence à relever les  défis des nouveaux cultes, de la cohabitation entre  confessions différentes et des risques de communautarisme.

 

A une semaine des élections municipales, Manuel Vals devra répondre aux questions que se posent aujourd’hui les socialistes et l’opposition.

 

La baisse de popularité de Nicolas Sarkozy dans l’opinion aura-t-elle une traduction dans les urnes ? Une victoire des socialistes aux municipales après leur succès aux élections régionales consacrera-t-elle le clivage entre un exécutif national à droite et des exécutifs territoriaux à gauche ? Les socialistes sont-ils à même de tirer profit d’une éventuelle victoire électorale tant ils demeurent divisés, incapables de s’entendre sur le leadership d’un des leurs et sur la définition d’une ligne politique ? Beaucoup de questions autour de ce rendez-vous électoral.

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

palloporo 03/03/2008 18:33

Prestation intéressante de la part de M. Manuel Valls au Grand Jury RTL-LCI-LEFIGARO. Assez précis et explicite dans son énonciation. Dans l'ensemble, et objectivement, son discours est crédible. Son ton libéral et progressiste est digne d'un Leader d'une opposition constructive, dans le dialogue, et dans l'ouverture vers une Société s'inscrivant dans de nouvelles règles régissant l'inevitable mondialisation économique, et même sociale. Dans son affirmation qu'il faut "Un Leader Fort" pour conduire le PS au succès, j'y ressent une vague allusion à la création d'un Vrai Parti Démocrate Social. Ceci aménerait à choisir de nouvelles alliances en excluant l'extrême gauche, toujours anti-tout. Etant un électeur de centre-droite, je souhaiterais avoir "en face" des opposants ouverts au dialogue, que des opposants dits antilibéraux. Quant aux élections Municipales, elles restent surtout des élections de gestion locale, là où l'on vote pour une Personnalité et non pas spécialement pour un parti politique. Selon moi, si la rumeur d'un remaniement Gouvernementale, avec d'avantage d'ouverture à gauche après les Municipales, devait s'avérer, je pense que ce serait une erreur politique non négligeable et de plus inutile. Ce Gouvernement est bien tel qu'il est, et si M. le Président Sarkozy tient tant à la rupture, et bien celle-ci en serait une!. Aller au bout de la Législature avec le même Gouvernement.

bouzid 03/03/2008 15:31

Que peut on dégager de cette derniére émission?

1) des journalistes beaucoup plus à la hauteur que d'habitude, plus d'ethique et de déontologie, et surtout plus de fond.

2) des aveux: le PS n'a pas de programme. Nous verrons aprés le congrés d'automne.

Bien que Mr Valls est tout fait pour colmater l'echo des disfonctionnements, la cacophonie et les discordances au sein du PS, il était lisible que les guerres dans le PS ne feront que s'amplifier aprés les législatives. 

3) Beaucoup plus en symbiose avec l'action du gouvernement qu'il veut le faire croire. Elections municipales, oblige. Il avait des petites phrases préparées à l'avance qu'il voulait absolument placer qui sonnait un peu faux (surement préparées par ses amis du PS), mais dans l'incapacité de dire reellement ce qu'il reprochait au mesures, réformes et autres du gouvernement. J'ai été part contre surpris par sa position claire contre les 35 heures, et ses positions finalement beaucoup plus libérales qu'on ne peut le penser.

 

 

Bea 03/03/2008 10:48

Mon pauvre Claude...  etant specialite de physique statistique,  cest pas de chance pour toi. Je pourrais vous parlez plus longtemps de fonctions de distribution, tiens par exemple, dans l'espace grand canonique, si ca t'interesse..  (allez va sur wikipedia, pour savoir ce que cest  .. :)).  

Je sens l'enervement de Claude qui espère un changement de l'opinion: d'ailleurs ils se prend pour l'opinion elle-meme,   et a dans son cerveau un sondage intégré... Et bien, vos chevilles ont doublé, cher ami!  Mefiez vous!

Tiens au fait, mon brave claude, que penses tu des parachutes dorés récemlment dénoncés?

Je croyais que ton prince Sarko les avait interdits.... Tiens tiens, comme cest bizarre... Encore une promesse non tenue.. Je n'ai plaus assez de doigts pour les compter ces promesses non tenues!

Bea 03/03/2008 10:23

Evidmement pauvre Claude, que je sais ce que cest qu'une gaussienne.... ce qui est domage cest que vous epatiez la gallerie devant les autres en en parlant! Ctes trop dur a comprendre pour vous cela?

 

Claude 02/03/2008 18:12

Cher Bouzid,

Tu as raison. Bien sûr que j'ai noté le changement de ton. Même PLS admet, dans son commentaire, le revirement de l'opinion sous la pression trop forte du lynchage médiatique de Sarkozy. Il s'en défendait pourtant il y a peu.

Voila plusieurs semaines que nous voyons la réaction de l'opinion. Trop c'est trop, je l'ai dit ici à plusieurs reprises en annonçant le revirement. Est ce que les médias vont renverser la vapeur en encensant exagérément Sarkozy jusqu'à l'indigestion comme ils avaient réussi à le faire avec leur "peopolisation" effrénée qui avait trouvé sa limite au moment du faux SMS. Je n'en sais rien mais chat échaudé craint l'eau froide et dès lors que les électeurs de Sarkozy ont pris conscience qu'ils étaient en train de se faire manipuler il sera difficile de les manipuler à nouveau rapidement.

Qui, autre que nous, aurait cru, à la lumière de tout ce qui se disait, qu'un sondage ne donnerait qu'un point d'avance à Royal dans une élection présidentielle qui aurait lieu aujourd'hui. Ils doivent s'inquiéter car cela annonce une élection de Fillon en 2012 par 55 à 45 au moins (à moins d'un chagrin d'amour ou d'un plébiscite, je ne crois pas que N. Sarkozy se représentera en 2012).

Les commerciaux savent bien que faire deux compliments appuyés du concurrent et une critique légère leur permettent de vendre mais dix critiques du concurrent font vendre le concurrent.

De toutes les façons, les dés ne sont pas encore jetés mais ils le seront cette semaine et, compte tenu du raz de marée annoncé à gauche, une courte victoire de la gauche sera comptabilisé comme sa défaite donnant ainsi les mains libres à Sarkozy et à Fillon pour concrétiser les réformes programmées pour 2008 et 2009. Les grands perdants seront probablement Bayrou qui aura sabordé l'UDF pour rien (Lecanuet va se retourner une fois de plus dans sa tombe rouennaise) et le PS. Ce dernier confirmera ainsi qu'il a toujours été plus une confédération qu'un parti et que personne d'autre que le matois Mitterrand ne peut réellement l'entrainer derrière lui en totalité, ni Royal, ni Delanoë et encore moins Bayrou, le coucou.

Amicalement,Claude