France Afrique : retour aux sources

Publié le par blog-pl-seguillon

 

 C’est sur la pression d’ Omar Bongo , le président du Gabon, que Jean-Marie Bockel a du abandonner le secrétariat d’Etat à la Coopération au lendemain des élections municipales.  Et c’est à Omar Bongo , doyen chef d’Etat africains avec 41 années de présidence, que son successeur, Alain Joyandet va rendre sa première visite en Afrique !

 

Dans un entretien publié dans Le Monde au début de l’année,  le maire de Mulhouse avait eu le tort de prendre au mot les déclaration de Nicolas Sarkozy sur la fin de la France Afrique. Il avait en effet estimé qu'il était temps de mettre en oeuvre la rupture promise. "La Françafrique est moribonde. Je veux signer son acte de décès", avait-il déclaré. Jean-Marie Bockel jugeait que Paris devrait s'éloigner des dirigeants africains qui gaspillent les ressources de leur pays. Selon lui, la France devait désormais  "conditionner" son aide à "une bonne gouvernance".

Retour aux sources !

A peine prononcé le discours de Dakar, l’été dernier, Nicolas Sarkozy avait été rendre hommage au leader gabonais  et vanté les mérites de la « démocratie gabonaise ».

Alain Joyandet a compris la leçon  Il choisit aujourd’hui Libreville comme  destination de son premier périple africain et réserve sa première visite à celui qui a fait tomber son prédécesseur.  

Publié dans blogpls

Commenter cet article

tebawalito 04/06/2008 00:04

Pauvre Reynaldo l'Afrique est l'un des continents le plus riche du monde. L'avenir appartient à l'Afrique!!RESSOURCES ?????????PETROLE, DIAMANTS, OR, FER, URANIUM IL YA TOUT BIENTÔT Ce sera l'immigration à l'envers "Africa Paradis" Merci Alain pour l'analyse pertinente developpée sur la Françafrique. C'est vraiment dommage pour J.M. BOCKEL, c'était trop beau, on y a cru. J'espère que cette diplomatie en viendra rapidement à bout. tebawalito

vincent 13/04/2008 22:36

J'espère que  PLS á reçu sa nouvelle carte du PS car vraiment défendre SRoyal comme il le fait n'a plus rien á voir avec le journalisme !! Nous savions déjà son engagement auprès d'elle, mais maintenant il n' hésite plus pour le montrer.

Nous allons suivre celá de très près ......

Claude 12/04/2008 01:28

Evelyne,

Prof de lettre vous devriez vous faire votre opinion vous même en lisant la note de l'Elysée (rien n'en identifie l'origine) plutôt que de prendre le commentaire de Rue 89 qui est très orienté.

Cette note est un rapport objectif de la situation des centristes de droite qui sont bien plus nombreux que ceux du Modem. Elle ne propose aucune solution, elle décrit la situation. Après le coup de force de Bayrou, le centre "ancien-UDF" qui s'est désolidarisé de F. Bayrou est désorganisé (j'en sais quelque chose puisque je suis orphelin de l'UDF). Il essaie de se réorganiser autour des autres centristes. Les courants centristes qui ont toujours pignon sur rue avec des structures (comme Borloo avec son Parti Radical par exemple) aimeraient bien être le pivot de cette réorganisation pour grossir. Il faut aussi compter sur les centristes qui ont fusionné avec l'UMP mais qui restent un courant indépendant à l'intérieur de l'UMP.

Indépendamment de ce problème de réorganisation il y a un problème de financement. Vous savez sans doute que le financement des partis se fait en fonction des résultats des élections et du nombre d'élus. Les élus se rattachent à un parti pour faire bénéficier celui-ci de leur part. Tous les élus qui ont un moment été comptés dans les élus "Bayrou"  (quelquefois d'une manière passive) rapportaient des financements au Modem. Ces élus ne sont plus d'accord pour ça et ils s'interrogent pour savoir à qui les faire verser. Il n'y a là aucune manigance. Si un financement était attaché à mon nom vous vous doutez bien que je ne l'affecterai pas à Bayrou et vous ne trouveriez pas ça choquant.

Vous voyez que le problème est complexe et vous vous doutez que le courant politique du centre droit qui était très important (nous avons eu un Président de la République et plusieurs Premiers ministres) se serait bien passé de cette complexité qui fait qu'il n'y a plus de centre cohérent du tout. Ni au Modem ni ailleurs.

Cordialement,Claude

evelyne44 11/04/2008 19:55

Cher Alain,

Je ne veux pas polémiquer. Avec Claude, on peut discuter ce qui montre qu'il y a des sarkozystes ouverts, avec vous, c'est plus dur. Tant pis !

Pour la gifle, il ne vous reste qu'à prier pour ne jamais me rencontrer, j'arrive à me retenir avec mes étudiants, mais avec vous qui sait ?

Pour le reste, je vous joins juste les réactions sur Rue 89, vous verrez que je suis loin d'être la seule à nourrir queque inquiétude.

http://rue89.com/2008/04/11/une-officine-de-lelysee-soccupe-de-lelimination-de-bayrou

Alain 11/04/2008 18:36

Chère Evelyne,

Modem (suite et fin)

En attribuant à une note d’information anodine publiée par le Monde une responsabilité anti-démocratique vous m’apparaissiez sur le chemin d’un dérapage incontrôlé vers la sortie de route.

Vous poursuivez aujourd’hui en écrivant « Ce que je réprouve hautement comme anti-démocratique, c'est qu'on tente d'étouffer dans l'œuf la naissance d'un mouvement politique par des manœuvres politiciennes ». Je peux aisément vous comprendre, vous semblez très attachée à ce mouvement, pour autant il faut le constater ces manœuvres sont d’origine interne au Modem, ce que j’ai appelé « la lutte pour le pactole de l’UDF », elles peuvent être parfaitement légitimes, la justice se prononcera peut-être.

Les manœuvres que l’on qualifie de « politiciennes » pour mieux les disqualifier (se qui est préjudiciable au noble débat des idées), font néanmoins partie des réalités du combat politique, petites phrases, communiqués, dénonciations, déballages, comptes de campagne, cagnottes, détournement de cadres, fuites organisées, fausses annonces et faux-semblants. Elles sont présentes au niveau individuel et naturellement dans toutes les directions de nos Partis politiques, serions-nous naïfs à ce point ?

La limite de ses manœuvres demeurant la légalité individuelle et collective. François Bayrou n’est pas un modèle de vertu en la matière, les campagnes de presse organisées pour lui et contre NS par Jean-François Kahn dans Marianne, avant et après les élections, sont à ranger dans cette rubrique.

La Gifle (suite et fin)

Si vous n’êtes pas encore prête à réprouver la gifle de FB, je note avec satisfaction que vous savez vous tenir avec vos étudiants. Je ne crois pas, en fait j’en suis certain, aucun éducateur ou psychologue sérieux ne valorise aujourd’hui les bienfaits supposés d’une gifle (au visage), même les britanniques viennent d’abolir les punitions corporelles.

Les risques potentiels sur la santé sont considérables même pour une taloche, comme vous dites, anodine. Mon indignation pour son geste est sans compromis, il a usé sur un jeune d’une dizaine d’année, de la loi du plus fort. Il n’a pour moi aucune excuse !

Quant à l’adulte, qui à voulu humilier le Chef de l’Etat, plutôt que d’être poursuivi, comme l’on été d’autres provocateurs de Chirac, Mitterrand ou VGE(Le monde le rappelait au moment des faits), il a reçu une réponse privée proportionnée à son insulte. Le Chef de l’Etat précisait néanmoins qu’il aurait mieux fait de ne rien dire.

J’attends que FB fasse de même, qu’il s’excuse publiquement de son geste. Mais ne rêvons pas, je me contenterais à défaut de votre simple réprobation à ce geste de violence (chiche ou pas chiche). Un enseignant n’a-t-il pas été mis en garde à vue et poursuivi pour un geste identique ?

Cordialement Alain