François Bayrou, touché... mais pas coulé!

Publié le par blog-pl-seguillon

 

 

 

 

 

 

     Que l’ Elysée s ’efforce d’asphyxier le Modem, de déstabiliser les derniers soutiens de son président et d’isoler celui-ci dans le champ politique ne fait aucun doute. On se souvient que Nicolas Sarkozy s’est personnellement impliqué dans la campagne municipale de Pau en se rendant lui-même dans cette ville et en apportant son soutien au maire sortant, dissident du PS,  pour mieux  empêcher François Bayrou d’accéder à la mairie. La note élyséenne évoquée par le journal " Le Monde" et dans laquelle des collaborateurs du chef de l’Etat font état de différentes pistes pour affaiblir François Bayrou est si réelle que l’ Elysée s ’interroge aujourd’hui sur la manière d’éviter à l’avenir ce genre de fuite ! François Bayrou est donc parfaitement fondé à dénoncer publiquement, à l’occasion d’une conférence de presse, une entreprise programmée de déstabilisation. De son point de vue, il est de bonne  méthode  de dramatiser et de dévoiler l’opération pour tenter de la désamorcer.

La chose est d’autant plus importante pour le président du Modem qu’il s’agit rien moins aujourd’hui que de sauvegarder le nerf de la guerre, autrement dit le patrimoine immobilier et financier de l’UDF sans lequel il pourrait difficilement faire à nouveau campagne présidentielle dans quatre ans.

Qu’il n’est pas été bien difficile de débaucher  hier les élus de l’UDF, aujourd’hui des élus du Modem n’est guère contestable non plus.

A quelques exceptions notables près, les députés sortants de l’UDF n’ont pas hésité un instant à se précipiter dans les bras de Nicolas Sarkozy et à se faire les supplétifs de l’UMP pour conserver leurs sièges. D’autres, depuis, comme Jean-Marie Cavada ont plus récemment quitté le navire Modem, appâtés par la perspective d’obtenir un strapontin ministériel. Michel Mercier, président du groupe UDF  au Sénat et trésorier du Modem, paraît céder à son tour à cette contagion. Sauver son siège de président du conseil général et sauvegarder la possibilité à venir d’une entrée au gouvernement semblent avoir eu raison de la fidélité du sénateur centriste.

    Ainsi est a nature humaine! Ésaü, déjà,  contre un plat de lentilles, vendit son droit d'aînesse à son frère cadet Jacob!

     

Que les pratiques autocratiques de François Bayrou aient contribué à décourager les meilleurs volontés est une réalité. L’ancien ministre de l’Economie,  Jean Arthuis ,  qui vient de quitter le Modem, se plaint depuis longtemps de cette gouvernance solitaire.

Que les choix d’alliances faits dans le désordre par les militants locaux du Modem, lors des élections municipales et visiblement non maîtrisés par un François Bayrou trop occupé par sa propre campagne à Pau, aient contribué à brouiller un peu plus la ligne stratégique du Modem et à dérouter l’opinion est également une évidence.

     Et pourtant… bien qu’il paraisse isolé, abandonné par la quasi totalité de ses grands élus,  placé dans une situation apparemment sans issue, François Bayrou ne doit pas être considéré comme politiquement mort. On aurait grand tort d’enterrer le président du Modem pour plusieurs raisons.

En premier lieu, parce que le personnage possède une force de caractère peu commune. Loin de l’affaiblir, l’épreuve et les difficultés paraissent fortifier plus encore sa détermination et son ambition.

Par ailleurs, François Bayrou a la légitimité d’une campagne présidentielle qui a porté sur son nom près de sept millions de voix. Il possède surtout la légitimé  de celui qui, à l’inverse de ses deux compétiteurs de la campagne présidentielle, s’est refusé l'an passé à promettre la lune et a proposé un projet à la mesure des moyens réels du pays et compte tenu de sa situation financière délicate. Rendons à César ce qui revient à César! François  Bayrou avait annoncé que les engagements  inconsidérés de Nicolas Sarkozy conduiraient à la banqueroute. Les faits lui ont malheureusement donné raison.

Last but not the least, un bien pouvant sortir d’un mal, le Modem est désormais lesté de tous les notables qui stérilisaient sa capacité d’invention et d’innovation.

 

Enfin le Modem revendique une identité politique originale.

Il se veut libéral et social. Il refuse à la fois l’Etat à tout faire des socialistes et la remise en cause du modèle social français opérée par la droite.

Il est profondément européen et ne connaît sur le sujet ni la fracture qui traverse le PS ni les désaccords qui habitent l’UMP. 

Il a pris pour intitulé la démocratie et prône un mode de scrutin qui permette à l’ensemble des composantes et sensibilités politiques d’être représentées au parlement.

Il se targue de progressisme, adversaire de tous les conservatismes qu’ils soient de droite ou de gauche mais hostile au changement pour le changement et à la perte des valeurs qui font la spécificité d’une nation. 

Toutefois François Bayrou ne saurait valoriser ces atouts dans l’avenir qu’à plusieurs conditions.

Il lui faut d’abord changer de mode de gouvernance. Sa forte personnalité ne doit pas l’empêcher de pratiquer une direction plus collective de son mouvement. S’il n’y prend garde, il fera définitivement le vide autour de lui. Il importe au contraire qu’il constitue autour de lui des équipes nouvelles pour structurer cette formation politique neuve.

 

    Il conviendrait, en second lieu, qu’il définît positivement son projet et non pas seulement, comme c’est le cas depuis des mois, qu'il le présentât  de manière purement négative. Il ne suffit pas de dire que l’originalité du Modem est de se vouloir  libre et affranchi de toute attache à la droite sarkozienne comme à la gauche socialiste pour justifier son existence et lui donner une visibilité. Le projet de François Bayrou n’acquerra un minimum de vraisemblance et de crédibilité vis-à-vis de l’opinion que s’il  affiche clairement l’ambition qui est la sienne, quand bien même relèverait-elle encore aujourd’hui de l’utopie : devenir,  à terme, sur l’échiquier politique et au gré d’une élection présidentielle, le grand parti démocrate moderne progressiste qui serait l’alternative à la droite républicaine en lieu et place d’un parti socialiste prisonnier de son orthodoxie radicale, incapable de se renouveler et rongé par ses querelles de chapelles et de personnes.

 

     Un tel pari n’a quelque chance d’être gagné que s’il s’accompagne d’un travail d’analyse, de réflexion et de proposition intense associant militants et intellectuels pour nourrir et décliner ce projet à tous les niveaux économiques, sociaux, diplomatiques et culturels. Ce qui suppose chez François Bayrou la volonté nouvelle d’attirer à lui et de faire travailler avec lui des hommes et des femmes ayant chacun dans leur domaine une pensée neuve et originale. Il n’a pas encore su le faire jusqu’à présent et ses prestations médiatiques comme ses interventions publiques ont souffert de ce manque de travail sérieux en amont.

 

    D’ici à 2012, le président du Modem dispose de deux échéances électorales pour roder son jeune parti, les élections au parlement européen en 2009 puis  les élections régionales. Le mode de scrutin proportionnel des européennes peut lui être relativement favorable d’autant que la thématique européenne elle-même lui est naturelle.

 

      Il est une vieille loi en politique : de même que la Roche Tarpéienne est proche du Capitole,  de même un acteur politique peut toujours rebondir et revenir au sommet aussi longtemps qu’il est vivant. Pour être aujourd’hui abandonné, isolé, déserté, blessé, voire moqué après avoir été applaudi durant des semaines à la même époque, l’an passé, François Bayrou n’est pas dépourvu pour autant de tout ressort et de tout atout.

     Touché, certes. Mais pas coulé !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

riou 24/04/2008 14:19

Vu sa façon de louvoyer et son intolerance, il est pour moi definitivement

coulé.

Bea 22/04/2008 13:42

Le probleme n'est pas de prouver scientifiquement telles ou telles theories fumeuses  comme celle de de linné et d el'acquis.

Le probleme est de comprendre comment des gens qui se disent cultivés arrivent a se poser de telles questions malsaines, sous la justification du debat democratique , voire philosophique.....

Bref, vous touchez le fond les gars!

Comme le disait si bien Evelyne44, cette notion d'inné et d'acquis pemet d'esquiver la responsabilité de la société et donc des politiques qui sont censés mener le bateau.

Bea 22/04/2008 13:35

Mon pauvre Claude, vous vous enfoncez....

"Qu'est ce qui vous fait dire que l'on ne peut pas naître pédophile. "

N'importe quoi ... Pourriez vous rehausser le niveau? Les fraises seraient elle sur le point d'etre sucrées?

phil 21/04/2008 22:27

Il me semble également important de considérer que de l'UDF, parti d'élus et de notables (de centre droit), on est passé à un Modem, parti de militants (assez également répartis entre le centre gauche et le centre droit, d'après mes constatations "locales).

Bea 21/04/2008 22:13

La pratique de l'eugenisme est sevèrement punie en France:

Code pénal :



Article  214-1 : « Le fait de mettre en œuvre une pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est puni de trente ans de réclusion criminelle et de 7 500 000 euros d’amende ».

Article  214-3 : « Cette peine est portée à la réclusion criminelle à perpétuité et de 7 500 000 euros d’amende lorsqu’elles sont commises en bande organisée »



http://www.droit.univ-paris5.fr/cddm/modules.php?name=Encyclopedia&op=content&tid=322

De quoi calmer les ardeurs de certains ici sur ce blog et des les faires reflechir avant d'ecrire n'importe quoi !!!