Sarkozy 20h. : les trois démonstrations

Publié le par blog-pl-seguillon

 

 

 

 

          L’objectif de Nicolas Sarkozy est ce soir de tourner une page, celle de la première année du quinquennat qui s’achève sur une impopularité record, d’ouvrir un nouveau cycle et de prendre un nouveau départ pour remobiliser l’opinion.

         A cet effet il va tenter une triple démonstration.

     

  1. Il va  d’abord s’employer à valoriser le bilan de l’année accomplie en mettant l’accent sur les réformes déjà accomplies et les succès remportés. Cela ne lui sera pas trop difficile. Il peut à bon droit se targuer d’avoir mené à bien et sans casse sociale nombre de réformes dont  des régimes spéciaux de retraites, ou encore d’avoir sorti l’Europe de son enlisement institutionnel.

 

 

b.   Il lui faut ensuite démontrer qu’il poursuit les réformes, qu’il a le temps pour les

 

      réaliser et  qu’elles produiront au bout du compte un mieux être pour les Français. La

     démonstration est ici plus délicate tant les contraintes financières sont lourde et tant

      l’environnement international est maussade.

 

 

 

c    Enfin Nicolas Sarkozy se doit de prouver ce soir que le tandem qu’il forme avec 

      François Fillon est solide et apaisé. C’est là une mission quasi impossible tant il est

     clair depuis des semaines que les deux hommes ne s’entendent pas et que cette

     incompatibilité a été directement ou indirectement la sources de la plupart des couacs

     gouvernementaux.

 

 

 

 

 

            Président encourt ce soir deux risques.

 

            Le premier et le plus évident est de décevoir les Français faute de pouvoir annoncer des mesures concrètes et immédiates. Faire de la pédagogie des réformes et solliciter leur patience ne  suffira pas à justifier la promesse non tenue d’une amélioration du pouvoir d’achat ni à faire oublier la manière dont le gouvernement rogne chaque jour un peu plus sur les dépenses sociales.

            Le second moins important est la surexposition médiatique.   Nicolas Sarkozy a beaucoup parlé depuis un an.  Sa parole en été dévalorisée. La conférence de presse du débat de l’année a été un fiasco. Il n’est pas certain que la forme nouvelle de l’expression suffira à crédibiliser le verbe présidentielle.

 

 

         

Il serait naïf de croire qu’une émission puisse suffire à redresser comme par miracle la popularité du chef de l’Etat. Les spécialistes de la communication expliquent volontiers que lorsqu’on est dans une très mauvaise passe il ne sert pas à grand chose de parler. On vous écoute. Mais on ne vous entend pas.

 

           Remonter la pente prendra d’autant plus de temps que la situation économique internationale est particulièrement préoccupante. Il y faudra aussi une bonne articulation entre les deux têtes de l’Exécutif. Ce qu’il ne semble pas tout à fait assuré à voir le visage du Premier ministre.

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Bea 26/04/2008 09:19

Enfin Claude, si jai trouvé cela drole, ce nest pas sur le fond mais sur la forme! Le style sarkozy est tout de meme amusant!

"une petite fille se fait couper la main acaude du vernis a ongle, on ne va tout de me meme pas passer notre temps a discuter avec ces gens la :) "

Avouer que c'est pas mal quand meme comme style!  , et cest drole dans le sens ou il a l'air de prendre ceux qui lui posent des questions pour des idiots car incapables de comprendre l'evidence meme.:)

Claude Dubois 25/04/2008 19:16

Bea a toujours la dent dure envers Sarkozy  c'est son droit et elle a trouve Sarkozy drôle pour son evocation des Talibans

Il y avait en effet de quoi rire ! j' ai commencé a rigoler quand il a dit que la jeune fille qui avait osé mettre du vernis à ongles avait eu la main coupée !  Hi ! Hi ! Hi ! comme c'est drôle ! Ma fille était pliée en deux tellement elle a trouvé cela amusant

j'ai continué à trouver Sargozy drôle quand il a dit que les petites filles ne pouvaient pas aller à l'ecole  Evidemment qui fera la soupe a la maison si elles apprennent a lire?

Mais j'ai surtout trouvé drole quand il a dit que les femmes soupçonnées d' adultère etaient lapidées? Mon Dieu que c'était amusant !Mais apres tout elles n'avaient qu'a pas tromper leur mari ou ne pas se faire prendre.

Enfin je me suis bien amusé quand Sarkozy a dit que si on ne luttait pas contre les Talibans et que si ceux ci prenaient le pouvoir en Afganistan ils n'auraient qu'une idée c'est de le prendre aussi au Pakistan qui est leur voisin et qui a déja la bombe atomique.

Comme Bea on a beaucoup ri en famille quand Sarkozy avec sa drôlerie a parlé des Talibans.

                                         Claude Dubois

 

 

Bea 25/04/2008 18:24

" et oeuvrer mains dans la mains, en attendant des jours meilleurs." Bouzid? En les traitant de "mal b.."? :)) etes vous le roi des hypocrites?

Jeff de Burlats 25/04/2008 13:07

Cohérence d'une politique programmée sur 5 ans, aveu d'erreurs et de faiblesses, maintien du cap des réformes, rééquilibrage de certaines aides sociales en fonction des contextes nouveaux de l'emploi (RSA, aides familiales....), mise au point sur la réalité du "paquet fiscal", éclaircissement sur la politique extérieure, confirmation du premier Ministre à sa place et aux commandes.... MAIS QU'ATTENDAIT-ON D'AUTRE?

Je note cependant une tendance qui se confirme sur "les oppositions". Il est clair que, faute de contre-argumentation politique crédible sur le moyen terme au moins, tout projectile médiatique, toute peau de banane manuscrite, tout chausse-trappe sondagier, susceptibles d'atteindre l'homme et non la politique de Sarkozy, fait partie d'un arsenal destiné à affaiblir et à détruire une "image, un personnage médiatique".

Ainsi, l'actuel Président qui "pourrait réussir" son plan de redressement national ne pourrait redresser (selon cette théorie) une popularité qui lui fait défaut aujourd'hui (cf: Schroeder). Et comme la politique est devenu essentiellement affaire d'égo et d'image ! ! !

Exemple : un sondage demandait quel était à notre avis le meilleur président de la 5ème République. Sarko est loin derrière les autres. Traduction en UNE des médias: "Sarkozy, le plus MAUVAIS des présidents...." Exploitation "outrancière" d'un résultat (CQFD).

Quant à l'affaire tibétaine; Le Président a laissé une porte ouverte aux Chinois avant toute décision, sur "la (re)prise du dialogue, contre toute manifestation hostile et conformément aux voeux du Dalaï Lama. L'actualité semble lui donner "un peu" raison. Bravo SARKO!!!

Enfin, sur cette France qui veut tout et son contraire en même temps et tout de suite... Voilà l'état dans lequel on laisse une "civilisation" poussée aux chimères des "loisirs avant tout", civilisation que l'on a caressée dans le sens du poil avec des huiles essentielles de démagogie, en faisant croire que l'égalité citoyenne est celle de l'accès automatique à toutes les facilités et conforts que notre temps peut offrir, quelle que soit vos moyens. France, championne du monde des congés, du temps de travail chômé, des services publics, des aides sociales par tête d'habitant, des dépenses et encadrement par tête d'élève....

Bien sûr je prends partie et tout argument que je développe peut être contredit. C'est pour cela que l'on "blogue" non?

carré 25/04/2008 11:37

Cher PLS

 

Vous revenez sur le "fiasco" de la conférence du nouvel an. Décidemment votre vue baisse: fiasco pour qui ? les journalistes français dont la prestation ce jour là fut lamentable (vous l'avez oublié ?) ou Sarko qui n'en pouvait mais !

Regardez la prestation d'hier soir. Franchement il a été pas mal sur beaucoup de sujets sauf sur l'économie en première partie . A qui la faute ? Si vous prêtez attention à la prestation de l'interwieuveuse: même pas bonjour et d'emblée: "Que comptez vous faire pour les pauvres qui se chauffent au gaz?" Est-ce bien une question d'économie ou ...de société ? Et que vouliez vous qu'il répondit ?

Vous autres journalistes vous êtes devenus des juges, presque des pharisiens (microcosme parisien?) qui vivaient de votre faire valoir. C'est triste et bien éloigné des vrais valeurs de ce formidable métier . A quand votre Conseil de l'ordre ?